Education : avec eux, on ne peut qu'aimer les mathématiques

le , mis à jour à 09:31
0
Education : avec eux, on ne peut qu'aimer les mathématiques
Education : avec eux, on ne peut qu'aimer les mathématiques

Les pieds croisés, recroquevillées sur leur ouvrage, sourdes au brouhaha environnant, deux retraitées assises sur leur banc ont l'air d'avoir 6 ans, absorbées qu'elles sont dans le pliage d'une bizarre cocotte en papier. Et si les maths faisaient rajeunir ? En tout cas, elles attirent. Le Salon culture et jeux mathématiques qui se tient jusqu'à dimanche* en est la preuve, avec ses 20 000 visiteurs attendus, qui s'échinent sur des casse-tête en bois, des codes secrets à décrypter, entre autres ateliers proposés par des associations de passionnés. On est loin des problèmes arides d'antan ou d'aujourd'hui.

 

« Les initiatives pour rendre les maths plus attractives se multiplient », constate Marie-José Pestel, prof de maths retraitée et instigatrice de ces rencontres adoubées par la star des nombres, Cédric Villani, Médaille Fields 2010 : « Il faut absolument changer l'image des maths et montrer qu'elles sont vivantes, créatives, ludiques ! »

 

L'enjeu est très sérieux : la France a beau collectionner les médaillés Fields (l'équivalent en maths du prix Nobel), ses bataillons de matheux sont si décimés qu'ils peinent à pourvoir les besoins des entreprises, de la recherche et même de l'Education nationale. L'année dernière, au concours du Capes de mathématiques, 243 postes d'enseignants sur 1 440 proposés sont restés vacants, faute de candidats.

 

Pourquoi ce désamour ? « Les maths souffrent du fait que la matière est utilisée dans le système scolaire comme un outil de sélection des meilleurs », relève Mickaël Launay, mathématicien et vulgarisateur de sciences sur Internet (lire ci-contre). Mais à en croire les fous de chiffres, les maths joyeuses gagnent du terrain, notamment sous l'effet d'une quarantaine d'associations organisatrices de tournois et de jeux mathématiques. Le plus célèbre d'entre eux, le concours Kangourou, créé il y a vingt-cinq ans, compte plus de 1 million de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant