eDreams Odigeo entre en Bourse et réveille le marché madrilène

le
0
eDreams Odigeo entre en Bourse et réveille le marché madrilène
eDreams Odigeo entre en Bourse et réveille le marché madrilène

Le numéro un européen du voyage en ligne eDreams Odigeo, qui unit Go Voyages, Opodo et eDreams, est entré mardi à la Bourse de Madrid avec une capitalisation de plus d'un milliard d'euros, soit la première opération d'envergure en Espagne depuis trois ans.A midi, le fondateur et PDG Javier Pérez-Tenessa a fait sonner la cloche dans la salle principale de la Bourse madrilène... un son presque inconnu depuis l'été 2011, quand Bankia avait fait de même, avant de frôler la faillite moins d'un an plus tard et d'être secourue par une aide publique de 20 milliards d'euros.Pendant que le pays basculait dans deux ans de récession, le marché espagnol n'attirait plus aucun nouveau membre jusqu'à la reprise des introductions en Bourse ces dernières semaines, avec deux opérations plus modestes, dans l'immobilier (Hispania et Lar Espana Real).Entre temps, la Bourse de Madrid a repris des couleurs: vendredi, elle touché son plus haut niveau depuis mai 2011.La séance de mardi a été moins favorable: dans un marché nettement dans le rouge, le titre a perdu plus de 6% dans les premiers échanges puis a clôturé en recul de 3,82% à 9,81 euros, face à un Ibex-35 en baisse de 1,19%.En plaçant en Bourse quelque 35% de son capital pour 433 millions d'euros, eDreams Odigeo devient la plus grosse entreprise de commerce électronique cotée en Europe, par les bénéfices, avec une capitalisation de 1,1 milliard d'euros et une valeur d'entreprise (en rajoutant la dette) de 1,5 milliard. L'opération abaisse la part des principaux actionnaires, les fonds Permira et Ardian (ex-Axa Private Equity), à environ 50% du capital."Presque tous (les acheteurs) sont venus de l'international, la plupart - près de la moitié - d'Angleterre, puis de France, d'Allemagne, aussi d'Espagne et des Etats-Unis", a expliqué aux journalistes Javier Pérez-Tenessa."Dans le secteur du commerce électronique de voyages, qui est totalement dominé par quatre entreprises ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant