Edram présente ses stratégies actions préférées pour 2010

le
0
(NEWSManagers.com) - Il faut aller chercher la croissance là où elle se trouve. Pour Pierre Nebout, directeur adjoint, responsable de la gestion actions françaises chez Edmond de Rothschild Asset Management (Edram), et Philippe Lecoq, directeur adjoint, responsable de la gestion Large Caps Europe, trois grands thèmes s'imposent dans cette perspective : l'attrait de la " croissance visible" et des valeurs décotées, les valeurs défensives et le retour des opérations de fusions/acquisitions.
Après l'engouement observé l'an dernier sur les cycliques, les opportunités d'investissement sont aujourd'hui nombreuses parmi les sociétés dites de " croissance visible" , c'est-à-dire, explique Edram, à même de croître indépendamment des cycles économiques, sans faire l'objet d'importantes révisions de leurs perspectives bénéficiaires. Beaucoup de valeurs intéressantes ont pourtant perdu leur prime de valorisation et se traitent avec une décote moyenne de 10% à 20%. De ce point de vue, les secteurs qui offrent le meilleur potentiel seraient l'agro-alimentaire, la santé et les logiciels. Du côté des valeurs, les principales convictions en Europe sont Nestlé, Heineken, Novartis et SAP, dont le changement de président pourrait d'ailleurs stimuler la spéculation sur le titre.
Deuxième grand thème, les valeurs de rendement défensives qui ont tendance à passer au second plan dans la course à la croissance des perspectives bénéficiaires. Les valeurs des télécoms, des utilities, des media ou de la pharmacie ne devraient afficher qu'une croissance bénéficiaire de 2% à 7%. Edram estime que la modestie des anticipations de croissance sur ces secteurs défensifs constitue une assurance dans un environnement macroéconomique difficilement prévisible. Dans ce contexte, la moindre sensibilité au cycle de ces valeurs devrait faire ressortir leur intérêt dans un marché moins préoccupé par la recherche de la " recovery" que par la visibilité.
Troisième grand thème, le retour des fusions et acquisitions , toutes les conditions étant réunies pour un tel scénario. La bonne santé des entreprises et leur capacité à générer de la trésorerie devraient les inciter à adopter une stratégie plus offensive pour maintenir leur compétitivité et assurer leur développement. Dans cette perspective, Edram évoque le gisement très important de sociétés britanniques " opéables" , d'autant plus que l'environnement réglementaire et politique outre-Manche ne constitue pas un obstacle majeur au lancement d'OPA. En outre, les valeurs anglaises sont fragilisées en termes de valorisation par la baisse de 25% de la livre face à l'euro depuis trois ans. Parmi les cibles potentielles identifiées par Edram figurent notamment Burberry, BG Group, International Power ou encore Invensys.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant