EdRAM : il n'est pas trop tard pour se placer sur des secteurs value, comme la santé et les banques

le
0

(AOF) - Le discours pragmatique du futur président, Donald Trump, redonne aujourd’hui leurs lettres de noblesse aux valeurs cycliques, explique Edmond de Rothschild Asset Management. Ce dernier ajoute que les marchés peuvent à nouveau se concentrer sur les niveaux de valorisation et les fondamentaux. Certains segments de marché, propres à la « value », vont, selon lui tirer parti de l’environnement de déréglementation.

En premier lieu, le secteur de la santé, décorrélé du cycle économique, bénéficie d'une importante visibilité, notamment en terme de croissance des bénéfices. Il présente également des valorisations et un couple rendement/risque attractif, à l'image d'Allergan, fabricant du Botox. Après la défaite de Hillary Clinton, le risque de pression accrue sur le prix des médicaments s'atténue, tandis que les opérations de fusion/acquisition devraient être moins bridées.

Le coup d'arrêt donné aux chantiers réglementaires favorisera par ailleurs les valeurs bancaires, telles que Bank of America, et liées à l'assurance-vie, comme MetLife. Les investisseurs tablent en effet sur l'allégement, promis par le candidat républicain, de la réglementation bancaire Dodd-Frank, introduite après la crise de 2008. Le secteur financier devrait aussi bénéficier de l'environnement de remontée des taux, la politique économique de Donald Trump s'affichant comme résolument pro-croissance et inflationniste.

Enfin, les entreprises exposées au marché domestique, grâce aux baisses d'impôt, et le secteur des infrastructures pourraient tirer leur épingle du jeu. Les fabricants d'équipements industriels et énergétiques (pipeline), les entreprises opérant dans la construction, comme Caterpillar, devraient profiter de la nouvelle donne.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant