EdRAM-Edrim vise 35 milliards d'euros d'encours en 2016

le
0
(NEWSManagers.com) - La structure issue de la fusion Edmond de Rothschild Asset Management et Edmond de Rothschild Investment Managers, qui constitue désormais le pôle de gestion d'actifs unifié du groupe Edmond de Rothschild, a comme objectif d'augmenter ses encours pour arriver à 35 milliards d'euros d'ici à 2016, a annoncé Christophe de Backer, directeur général du groupe, qui présentait mercredi le plan stratégique à quatre ans du groupe. Aujourd'hui, l'ensemble gère 24 milliards d'euros.

Le rapprochement des deux sociétés de gestion françaises a conduit à 66 suppressions d'emplois sur 250 personnes, a confirmé Christophe de Backer. Ces réductions d'effectifs ont principalement concerné les fonctions support, le marketing, le commercial, où les redondances étaient les plus importantes, a détaillé Marc Samuel, le patron de la banque à Paris.

La structure ainsi obtenue, qui sera dotée d'un nouveau patron au premier trimestre (ce patron sera global) et qui devrait s'appeler EdRAM, va devenir la tête de pont de la filière gestion d'actifs du groupe qui représente 50 milliards d'euros au total dans le monde avec un objectif de 70 milliards pour 2016.

L'ensemble du métier, réparti sur plusieurs zones géographiques, va lui aussi faire l'objet de rationalisations. Cela va notamment passer par une consolidation de l'offre, de manière à disposer de fonds supérieurs à 1 milliard d'euros d'encours, a expliqué à Newsmanagers Marc Samuel. " Aujourd'hui, on voit bien que la collecte en Europe se fait sur les gros fonds" , commente-t-il. Pour autant, il n'a pas précisé quel était l'objectif en termes de nombre de fonds à atteindre. Il a aussi évoqué des réflexions sur le choix de la domiciliation des fonds, qui va se jouer entre Paris et le Luxembourg.

Outre les réductions de coûts, ce regroupement des forces en gestion d'actifs répond à la volonté de se positionner comme un acteur de taille en Europe et de se développer à l'international, ce qui est d'ailleurs censé être l'un des moteurs de la croissance des encours. Le groupe vise notamment la Suisse, où il est surtout présent en banque privée, son autre métier c?ur, et " deux marchés énormes et quasi vierges : le Royaume-Uni et l'Allemagne" , précise Christophe de Backer.

Pour augmenter les encours, ce dernier n'exclut pas la croissance externe, sur des opérations de taille modeste.

Ces objectifs s'inscrivent dans un plan global visant à porter les encours sous gestion du groupe Edmond de Rothschild de 125 milliards d'euros à 158 milliards d'euros en 2016, d'abaisser le coefficient d'exploitation de 85 % à 66 % et d'offrir un rendement pour les actionnaires à 11 % contre 5 % aujourd'hui. Cela passera par une réduction des coûts de 10 % d'ici à 2016.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant