Édouard Philippe pointe "l'insuffisante réflexion de fond sur les sujets" à l'UMP

le
0
Le député (UMP) de Seine-Maritime, Édouard Philippe, à l'Assemblée nationale.
Le député (UMP) de Seine-Maritime, Édouard Philippe, à l'Assemblée nationale.

Le Point : On a le sentiment aujourd'hui que la société civile de droite, les intellectuels sont plus audibles que la classe politique de droite... Édouard Philippe : Vous avez l'impression que c'est quelque chose de nouveau ? Je n'ai pas d'avis définitif sur la question, mais il me semble que non. La droite politique a des idées, mais elle n'a pas la même révérence que la gauche pour le débat théorique, elle se présente volontiers comme programmatique, comme pragmatique. Est-ce que dans les années 70, les responsables politiques avaient plus d'audience que Raymond Aron ? Je n'en suis pas sûr. Est-ce que les responsables politiques dans les années 80, au moment de "la tentation libérale" française, étaient plus audibles ? Pas certain non plus. Quand Guy Sorman sort ses ouvrages sur le libéralisme, on parle davantage de son oeuvre que de l'incarnation politique. Depuis la Manif pour tous, il semblerait quand même que la doxa dominante soit passée à droite, non ? C'est vrai qu'en ce moment il existe une pensée qu'on dit "de droite" qui se fait entendre. Mais je ne sais pas si Zemmour, l'anti-européanisme, la sortie de l'Euro sont de droite. Ça ne me semble pas totalement acquis. Depuis le début du quinquennat de François Hollande, on assiste à l'émergence de mouvements issus de la société civile comme les Pigeons, les Poussins qui espèrent influencer la classe politique. Vont-il y parvenir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant