Édith Bouvier : neuf jours d'épreuves et de silence

le
0
Un réseau allant des autorités françaises à la Croix-Rouge s'est mobilisé pour venir en aide à la journaliste du Figaro et ses confrères bloqués à Homs

Mercredi 22 février, 9 h 30. Le téléphone sonne au service International du Figaro: «Allô, c'est Abou Hanin à Homs, dit une voix lointaine dans un anglais à peine audible. Édith Bouvier est blessée, Rémi Ochlik a été tué. Il faut prévenir la Croix-Rouge internationale et votre ambassade. Il faut les évacuer d'urgence.» À ses côtés, Javier Espinosa, journaliste au quotidien espagnol El Mundo, qui fait partie du groupe de six journalistes étrangers entrés clandestinement la veille dans la ville assiégée, confirme de quelques mots en français. Neuf jours d'épreuves terribles viennent de commencer pour les quatre survivants, dont deux blessés lors d'un bombardement le matin même.

Aussitôt, l'ambassadeur de France à Damas, Éric Chevallier, est prévenu. Il est encore en France, où il a été rappelé par le gouvernement après les dernières exactions du régime de Bachar el-Assad. Il reprendra l'avion pour la capitale syrienne le lendemain et ne s'at

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant