Edith Bouvier et William Daniels rapatriés en France

le
0
EDITH BOUVIER RAPATRIÉE EN FRANCE
EDITH BOUVIER RAPATRIÉE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - La journaliste française Edith Bouvier, blessée le 22 février dans un bombardement à Homs, en Syrie, a été rapatriée vendredi en France avec le photographe William Daniels.

L'avion qui les transportait, en provenance de Beyrouth, s'est posé peu après 18h00 sur la base aérienne de Villacoublay (Yvelines), près de Paris.

Nicolas Sarkozy est monté à bord de l'appareil, à la suite des familles, pour les accueillir.

Dans une brève allocution sur le tarmac de la base, le chef de l'Etat avait auparavant déclaré que les autorités syriennes auraient "à rendre des comptes devant les juridictions pénales internationales" pour "leurs crimes".

"Les crimes qu'ils ont commis ne resteront pas impunis", a-t-il souligné, saluant "le courage de tous les démocrates syriens qui ont accompagné Edith Bouvier et William Daniels jusqu'à la frontière libanaise".

La journaliste et le photographe, envoyés spéciaux pour Le Figaro, étaient parvenus au Liban jeudi soir.

Nicolas Sarkozy a remercié les autorités libanaises pour leur aide et a salué "la disponibilité", dans cette opération, des autorités russes, qui bloquent avec la Chine l'adoption d'une résolution contre le régime de Bachar al Assad au Conseil de sécurité de l'Onu.

ENQUÊTES POUR MEURTRE ET TENTATIVE DE MEURTRE

La Française, qui a eu la jambe gauche fracturée lors du bombardement meurtrier du 22 février, avait été hospitalisée à Beyrouth avant son rapatriement. William Daniels, indemne, avait choisi de rester à ses côtés en Syrie, dans le quartier de Bab Amro.

Un photographe britannique, Paul Conroy, blessé lui aussi, était parvenu à gagner le Liban il y a quelques jours.

"C'est le médecin du centre de crise du Quai d'Orsay, en route vers Beyrouth, qui a eu le premier contact avec eux", a expliqué lors d'un point de presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

"Leur moral était bon mais il étaient bien sûr fatigués après ce qu'ils ont vécu ces derniers jours et heures", a-t-il ajouté.

Edith Bouvier, évacuée de l'avion sur un brancard par les pompiers de Paris, devait être transférée à l'hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine).

Deux autres journalistes - l'Américaine Marie Colvin, du "Sunday Times" de Londres, et le photographe français Rémi Ochlik - ont été tués lors du bombardement de Homs.

"Il semble que nous puissions récupérer la dépouille de Rémi

Ochlik", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Une enquête préliminaire de police pour meurtre a été ouverte à Paris vendredi après la mort de Rémi Ochlik et pour tentative de meurtre s'agissant d'Edith Bouvier.

L'enquête a été confiée à l'Office central de répression de la violence aux personnes (OCRVP). Une telle procédure est courante en cas de mort violente de Français à l'étranger mais, dans ce cas, elle est ouverte spontanément par le parquet puisque les familles n'ont pas encore porté plainte.

Service France, avec Robert Nowatzki à Villacoublay, Oliver Holmes à Beyrouth, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant