Editeurs, Microsoft fustigent un accord UE-Google "catastrophique"

le
0

par Foo Yun Chee BRUXELLES, 4 septembre (Reuters) - L'accord antitrust que la Commission européenne et Google GOOGL.O doivent passer est "catastrophique" et ne servira qu'à renforcer la domination de ce dernier dans la recherche en ligne, estiment Microsoft MSFT.O et des éditeurs européens. Le commissaire européen à la Concurrence Joaquin Almunia a passé un accord provisoire avec Google en février et dispose de deux mois environ pour rendre une décision définitive avant de quitter ses fonctions. Il a déclaré à 18 plaignants qu'il comptait rejeter leurs griefs et il examine à présent leurs réponses. Le dossier est devenu épineux et des sources disent qu'un tiers des collègues d'Almunia au sein de la Commission sont opposés à l'accord. Des sources avaient déclaré à Reuters que l'Union européenne pourrait classer le dossier et en ouvrir un autre sur le système d'exploitation mobile Android de Google. Shivaun Raff, qui dirige le comparateur de prix en ligne britannique Foundem, explique que la CE n'a aucune preuve que la proposition de Google de laisser trois concurrents exposer leur logo et des liens dans une fenêtre et d'autoriser les fournisseurs de contenus à décider quels éléments Google peut utiliser pour ses propres services résolve les problèmes de concurrence. "(Les propositions de Google) ne sont pas une solution; c'est une escalade catastrophique de l'abus", a dit Raff lors d'une conférence de presse. Jean-Yves Art, spécialiste du droit de la concurrence de Microsoft, dit que le géant des logiciels est particulièrement préoccupé par les obligations contractuelles imposées par Google aux annonceurs, qui rendent compliqué leur transfert vers d' autres plateformes en ligne. "Les propositions ne tempèrent ni n'éliminent toutes les restrictions que nos concurrents et nous-mêmes observons. Il y a encore des restrictions qui les empêchent de proposer l'interopérabilité", a-t-il dit lors de la conférence de presse. Des représentants d'éditeurs de presse européens, du voyagiste en ligne Expedia EXPE.O et plusieurs plaignants d'Allemagne et de Grande-Bretagne étaient également présents à cette conférence. Antoine Colombani, porte-parole d'Almunia, s'est refusé à tout commentaire. Al Vernay, porte-parole de Google, n'a pas répondu aux sollicitations dans l'immédiat. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant