Edissimmo du mieux...

le
0

La distribution 2013 est maintenue au niveau de celle de l'année dernière. Au delà de plusieurs acquisitions intéressantes au regard de leur rentabilité présente, reste à la SCPI de se « débarrasser » du problème causé par 2 immeubles à Rueil Malmaison pour améliorer encore sa rentabilité.

L'amélioration est lente, mais se poursuit. Une satisfaction pour la gérante d'Edissimmo, Anne Duperche Rabant qui relève un taux d'occupation financier pour la SCPI de 85,4 % au 2nd trimestre contre 84,6 % et 83,8 % au cours des 2 trimestres précédents. Même constat pour le taux d'encaissement des loyers qui atteint 93,8 % fin septembre.

Ces signes encourageants s'appuient sur la signature de nouveaux baux représentant 880K€ en base annuelle alors qu'aucun départ de locataires n'a été exprimé au cours de ce trimestre. Il faut en convenir aussi, Edissimmo ne ménage pas ses efforts pour rétablir sa rentabilité. En plus de travaux de conformité et de rénovation sur plusieurs immeubles, la SCPI vend ses actifs non stratégiques (12 M€ au 3ème trimestre), ajuste sa stratégie commerciale (Chartres), multiplient les visites pour des locations partielles (Antony) et investit. Sur ce dernier point, Amundi Immobilier dévoile plusieurs les acquisitions ou promesses au rendement moyen de 6,7 %. La palme revient à l'achat en indivision avec Rivoli Avenir Patrimoine du Club Méditerranée de Tignes qui procure un rendement de 7,25 % pendant encore 7 ans.

Pas mal non plus, le rendement immédiat de 7,05 % apporté par l'acquisition de bureaux à Paris (château des rentiers) sur un bail ferme restant de 7 ans. Un peu moins fructueux, le 3ème investissement (en promesse) a concerné un immeuble de bureaux à Charenton le Pont (26,8M€). Loué à une banque, il génère un rendement de 5,9 %.

Le tableau ne serait pas complet sans les épines au talon formées par la vacance de certains actifs de taille substantielle. L'immeuble de 7000 m2 à Rueil-Malmaison n'enthousiasme pas les acheteurs alors qu'il est en vente depuis près d'un an. Même ville, mêmes effets, l'immeuble EKO (22000m2) à louer depuis un an est en panne de preneur. Deux soucis qui sont loin d'être anodins financièrement puisqu'ils représentent un manque à gagner locatif annuel autour de 6,7M€. Pour pallier à une vacance couteuse et qui perdure, la gérante a revu sa politique commerciale. Des efforts sans doute encore insuffisants dans un « marché marqué par la baisse du marché locatif des bureaux en Ile de France ».

Dans l'attente d'un dénouement sur ces 2 immeubles, Edissimmo a néanmoins versé au 3ème trimestre un acompte 2,87€ dont 0,5€ au titre des plus values. Sur l'ensemble de l'année, la distribution est maintenue à 11,5€ soit un niveau identique à celui de 2012. Elle représente un taux de distribution de 5,1 % par rapport au prix de souscription de 225€ par part.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant