Edinson Cavani, le déplaisir solitaire

le
0
Edinson Cavani, le déplaisir solitaire
Edinson Cavani, le déplaisir solitaire

Recrue la plus onéreuse de l'histoire du club (64 millions d'euros en juillet 2013), Edinson Cavani est de plus en plus isolé au sein du PSG. Isolé sur le terrain, isolé dans le vestiaire, isolé dans sa vie de tous les jours. Au final, le Matador est devenu titulaire en pointe… pour les coupes nationales.

Edinson Cavani devait être l'attaquant de pointe qui allait faire franchir un palier au PSG et, par la même occasion, accompagner Zlatan Ibrahimović à l'EHPAD avec le sourire. 30 mois après son arrivée dans la capitale, l'Uruguayen regarde toujours le Suédois enfiler les buts dans une position de numéro 9. Une place qu'il convoite comme un précieux, exilé sur son aile, où ses replis défensifs sont aussi salués que ses crochets affreux sifflés. À 28 ans, bientôt 29, Cavani n'a jamais semblé aussi proche de sortir du 11 de départ du PSG. Dans ce désert d'amour, Cavani a souvent été défendu par Laurent Blanc à outrance, comme l'a d'ailleurs rappelé le Président, lundi, face à la presse. " À vous entendre, sa situation n'évolue pas beaucoup et il a toujours eu des problèmes depuis qu'il est au PSG. Je suis bien placé pour le savoir car, s'il y en a un qui l'a bien défendu, c'est moi. Depuis 2 ans et demi, Cavani revient toujours dans l'actualité : son positionnement, ses états d'âme, etc. Il y a toujours beaucoup à dire et à écrire sur Cavani ", a balancé le Cévénol.

Blanc : "Il y a bien eu une réunion à Doha"


Sauf que la donne a changé durant les fêtes. Pendant longtemps, il fallait ménager la susceptibilité de l'ancien du Napoli. Lui promettre que l'avenir s'écrirait avec lui. Qu'il aurait les clés du camion. Mais le temps a passé et rien n'a changé. Ibra vieillit mieux que la moyenne et Cavani n'a jamais réussi à franchir le cap. Branché sur courant alternatif, le numéro 9 de la capitale est capable de marquer à tous les matchs pendant un mois avant de rester muet le mois suivant. Et recommencer cet enchaînement plusieurs fois dans la saison. Et quand le Matador a le moral dans les chaussettes, c'est affreux à voir. Contrôle raté, passe dégueulasse, dernier geste manqué, tout y passe. Bien entendu, le joueur a des soucis extra sportifs depuis un long moment : il est divorcé, ses enfants sont en Uruguay, son père est en prison depuis cet été pour une histoire d'homicide en voiture sous emprise de l'alcool, sans parler de l'olive du Chilien Jara durant la Copa América.

[IMG…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant