EDF veut accélérer son développement à l'international

le
0
EDF veut accélérer son développement à l'international
EDF veut accélérer son développement à l'international

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé jeudi son intention d'accélérer son développement à l'international alors que ses perspectives en France restent limitées par des incertitudes récurrentes sur les futures hausses de tarifs de l'électricité.

Les activités française de l'électricien public, dont l'Etat détient près de 84% du capital, ont représenté près de 57% de son chiffre d'affaires de 65,3 milliards d'euros en 2011.

Alors qu'un actionnaire évoquait en assemblée générale un cours de Bourse plombé par des tarifs trop bas fixés par le gouvernement, le PDG du groupe, Henri Proglio, a assuré vouloir "défendre l'Etat".

"Les résultats du groupe attestent du fait que l'économie générale n'est pas atteinte d'un mal endémique. La corrélation entre les prix de vente de notre énergie et le cours de Bourse n'est pas aussi simple qu'il y paraît", a-t-il dit.

"C'est vrai que, si on triplait nos prix, si on quadruplait éventuellement ces derniers, nos résultats en seraient pour le moins amélioré, mais je ne pense pas que nous soyons à la veille de difficultés financières."

"Tous nos efforts sont destinés à faire en sorte que les augmentations de vos factures soient limitées et qu'en même temps l'équilibre économique soit préservé", a ajouté le patron d'EDF.

Henri Proglio a cependant évoqué la nécessité d'"accélérer l'internationalisation du groupe".

"HYGIÈNE DE VIE"

"C'est l'international qui permet au groupe d'accélérer ses performances et de maintenir son dynamisme et son efficacité (...). Pour autant, la France, à sa manière, contribue à son hygiène de vie", a-t-il dit.

EDF veut en particulier construire jusqu'à quatre nouveaux réacteurs nucléaires au Royaume-Uni, avec une première décision d'investissement prévue pour fin 2012, son programme restant cependant conditionné à la création d'un cadre d'investissement favorable.

Henri Proglio a également cité comme axe de développement international la production d'électricité d'origine thermique, notamment autour d'Edison, "dans les territoires en croissance comme l'Amérique du Sud, l'Asie ou le Moyen-Orient".

EDF ira également "chercher la croissance dans les zones à fort potentiel pour l'éolien et le solaire" et vise "de nouveaux projets de grand hydraulique, en Amérique du Sud, en Afrique ou en Asie", a ajouté son PDG.

Henri Proglio a en outre évoqué l'expertise d'EDF en matière d'efficacité énergétique et ses coopérations en Russie, le premier marché mondial dans ce domaine.

Le groupe a par ailleurs annoncé avoir finalisé l'acquisition d'Edison aux conditions validées au début du mois par les autorités boursières italiennes. Henri Proglio a rappelé que le groupe italien était voué à jouer un rôle clé dans la stratégie gazière du groupe.

Evoquant le projet du président de la République François Hollande de fermer d'ici à 2017 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), Henri Proglio a assuré que, si le projet se confirmait, il impliquerait "une discussion de nature industrielle mais aussi financière avec les pouvoirs publics".

"L'ensemble des actionnaires du groupe devraient évidemment, au travers de ces négociations, en sortir indemnes."

L'action EDF a terminé à 15,69 euros jeudi à la Bourse de Paris. Le titre affiche un recul de 16,5% depuis le début de l'année, après une chute de 38,75% en 2011.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant