EDF: vers une indemnisation à tiroirs pour Fessenheim.

le
1

(CercleFinance.com) - Selon la presse, l'Etat et EDF seraient tombés d'accord sur les modalités de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace. Les deux réacteurs de 900 MW chacun, entrés en service en 1978, devraient cesser de fonctionner en 2018 moyennant une indemnité à tiroirs pour le groupe électro-nucléaire dont l'Etat contrôle environ 85% du capital.

La fermeture de Fessenheim faisait partie des promesses de campagne du candidat Hollande, en 2012.

Selon la presse, le ministère de l'Ecologie a déclaré que l'Etat verserait à EDF, en compensation d'une unité industrielle dont la vie pouvait a priori être prolongée jusqu'en 2040, une première indemnité de 100 millions d'euros peu de temps après la fin de l'activité du site.

Puis d'autres paiements seraient prévus par la suite, EDF estimant son préjudice à un montant bien supérieur. Ainsi, une seconde tranche de 300 millions d'euros serait débloquée un an plus tard. Soit un montant d'au moins 400 millions d'euros, ce qui confirme les informations publiées en milieu de semaine par l'agence Bloomberg.

Mais ce ne serait toujours pas fini. Comme l'explique le Figaro, EDF pourrait aussi prétendre, à partir de 2022, à une autre tranche indemnitaire basée sur le prix de l'électricité. 'Elle correspondra aux recettes que Fessenheim aurait rapportées pendant la durée de vie initialement prévue pour la centrale par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), soit près de vingt ans', explique le quotidien. Son montant ? De plusieurs centaines de millions à un milliard d'euros, rapporte le Figaro.

Il s'agirait là d'un accord de principe. Les instances sociales et dirigeantes d'EDF doivent encore se prononcer, avant qu'un décret ne vienne confirmer l'ensemble.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clausfer il y a 3 mois

    Une façon de pousser la poussière sous le tapis. En mai, il sera temps de défaire tout ce qui a été fait au détriment de la majorité des Français.