EDF va reprendre la branche réacteurs d'Areva

le
1
EDF VA REPRENDRE L'ACTIVITÉ RÉACTEURS D'AREVA
EDF VA REPRENDRE L'ACTIVITÉ RÉACTEURS D'AREVA

PARIS (Reuters) - EDF et Areva ont dévoilé jeudi un protocole d'accord prévoyant la cession à l'électricien public de 51% à 75% des activités réacteurs du groupe nucléaire (Areva NP) sur la base d'une valorisation de la société de 2,7 milliards d'euros.

L'accord prévoit qu'Areva conservera un maximum de 25% de NP, que d'autres partenaires minoritaires pourront entrer au capital de la société, et qu'EDF et NP "seront totalement immunisés" contre tout risque lié au réacteurs EPR en cours de construction en Finlande.

EDF a précisé dans un communiqué que la prise de contrôle d'Areva NP, dont la finalisation est envisagée pour le deuxième semestre 2016, aurait un impact neutre sur son cash-flow 2018.

Areva a de son côté fait savoir que cette opération, ainsi que d'autres cessions et des éléments de financement propres à l'entreprise, visaient à couvrir ses besoins à hauteur de 3,6 milliards d'euros sur la période 2015-2017, sur un total de 7 milliards nécessaires sur la période.

Le groupe, détenu à 87% par l'Etat français, estime ainsi qu'il aura besoin d'une augmentation de capital "significative" et ajoute que l'opération, dont la taille sera précisée "au plus tard à la mi-novembre" pour une levée de fonds prévue pour 2016, "sera ouverte à l'ensemble des actionnaires".

Areva a aussi annoncé les bases d'un accord en vue de signer avec EDF des contrats portant sur la fourniture de services de conversion pour la période 2019-2030, de services d'enrichissement pour 2019-2030 et d'activités de traitement-recyclage pour 2016-2030.

Les négociations entre les deux groupes étaient tendues ces dernières semaines au sujet du contrat de traitement-recyclage des combustibles usés, pour lequel Areva a consenti des baisses de prix ces dernières années à EDF.

L'accord Areva-EDF prévoit aussi la création d'une société dédiée aux projets de nouveaux réacteurs, détenue à 80% par EDF et à 20% par NP.

Au titre des six premiers mois de 2015, Areva a publié une perte nette de 206 millions d'euros (contre -694 millions un an plus tôt), un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 306 millions (+26%) et un chiffre d'affaires de 1,9 milliard (+6,3% à périmètre et changes constants).

Le groupe, dont le plan de sauvetage doit aussi se traduire par 5.000 à 6.000 suppressions de postes d'ici fin 2017, dont

3.000 à 4.000 en France, a confirmé viser pour 2015 un cash-flow net, hors plan de compétitivité et coûts de mise en oeuvre associés, compris entre -1,7 et -1,3 milliard d'euros.

EDF a de son côté enregistré au titre du premier semestre un résultat net part du groupe de 2,5 milliards d'euros (-0,2%), un Ebitda de 9,1 milliards (+3,6%) et un chiffre d'affaires de 38,4 milliards (+6,3%).

Il vise toujours pour 2015 un Ebitda en croissance organique de 0 à 3% et a renouvelé son ambition de générer un flux de trésorerie (cash-flow) positif en 2018 après dividendes (hors projet Linky).

(Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le jeudi 30 juil 2015 à 09:30

    Il y a environ 10 ans, la fusion Cogema-Framatome se faisait pour créer Areva. A l'époque Cogema était fortement bénéficiaire mais suite aux erreurs stratégiques de management, la dot apportée par la Cogema eut tôt fait d'être dilapidée. Les responsables de la dilapidation de l'argent public sont restés impunis, ou plutôt un peu, dans la mesure où ils n'exercent plus d'aussi hautes fonctions tout en restant au service de l'état. Notre monarchie républicaine se porte bien, merci.