EDF s'impose enfin dans l'électricité en Italie

le
0
Le groupe français prend le contrôle majoritaire d'Edison, deuxième électricien et troisième gazier transalpin, mais renonce à Edipower. Il met fin à dix ans de bataille juridique dans le pays.

«Une opération structurante, parfaitement en ligne avec notre stratégie et attractive sur le plan financier.» En quelques mots, Henri Proglio, le président d'EDF, tient à résumer l'épilogue du dossier Edison, officialisé hier, qui permet à EDF de devenir le deuxième acteur transalpin de l'électricité, juste derrière Enel, et troisième dans le gaz. Après le retrait d'Allemagne, l'Italie devient donc, avec la France et la Grande-Bretagne, le troisième pays clé pour EDF en Europe.

Plusieurs mois de négociations ont été nécessaires avant que l'électricien tricolore trouve un terrain d'entente avec les coactionnaires d'Edison, emmenés par la régie A2A, implantée à Milan et Brescia. Des discussions rendues compliquées, en marge des seuls volets industriel et financier, par une série d'interventions politiques. Avec notamment des questions de patriotisme économique en toile de fond, même si Rome avait fini par se ranger à la prise de contrôle d'Edison par EDF.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant