EDF prêt à patienter pour conquérir Edison

le
0
Le pacte d'actionnaires de l'énergéticien italien devrait être prolongé, avec l'accord d'EDF.

Dix ans après son entrée fracassante en Italie, EDF n'est toujours pas au bout de ses peines. Et toujours pour les mêmes raisons: le patriotisme économique, dont la France est loin d'avoir le monopole.

Avec près de 50% du capital d'Edison, l'énergéticien français partage le contrôle du numéro deux italien avec les régies municipales de Milan et Brescia. C'est à la fois trop ou trop peu, selon la stratégie définie par le PDG Henri Proglio. Le français espérait ainsi prendre le contrôle opérationnel d'Edison à l'occasion de l'arrivée à échéance du pacte d'actionnaires le liant à Delmi, un holding regroupant les intérêts italiens. Un accord semblait en bonne voie, mais c'était sans compter sur l'intervention du gouvernement Berlusconi qui a bloqué ce projet. Visiblement, le rachat du bijoutier Bulgari par LVMH a ravivé l'agacement récurrent de Rome face à une razzia des prédateurs tricolores sur les fleurons ­italiens.

Agacé, le groupe français a menacé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant