EDF prépare la fin de son aventure nucléaire américaine

le
2
EDF AFFICHE DE BONS RÉSULTATS POUR LE PREMIER SEMESTRE
EDF AFFICHE DE BONS RÉSULTATS POUR LE PREMIER SEMESTRE

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé mardi un accord qui prépare sa sortie du nucléaire américain, aujourd'hui fortement concurrencé par le gaz de schiste, et a relevé son objectif de performance opérationnelle pour cette année grâce à une solide activité au premier semestre, ce qui dope le titre en Bourse.

L'accord prévoit que, dans un premier temps, l'électricien public français confiera à son partenaire américain Exelon la gestion opérationnelle des cinq réacteurs nucléaires que leur coentreprise Constellation Energy Nuclear Group (CENG) exploite.

EDF percevra un dividende exceptionnel de CENG de 400 millions de dollars (300 millions d'euros) et bénéficiera d'une option de vente "à la juste valeur" de sa participation de 49,99% dans CENG à Exelon, exerçable entre janvier 2016 et juin 2022.

Le groupe estime que l'opération lui permettra de réduire son endettement financier d'environ 300 millions d'euros et aura un effet légèrement relutif dès 2015. L'accord devrait être finalisé en 2014.

"Nous ne voyons pas de place pour le développement du nucléaire aux Etats-Unis immédiatement", a souligné le PDG d'EDF Henri Proglio, lors d'une conférence avec la presse et les analystes.

"Aujourd'hui, notre arbitrage se fait en faveur des activités d'optimisation (des centrales) et des activités d'énergies nouvelles sur le territoire nord-américain."

EDF avait remis à plat sa stratégie dans le nucléaire aux Etats-Unis dès 2010, après la sortie de Constellation de leur seul projet de réacteur en cours, prévu sur le site de Calvert Cliffs, qui est depuis au point mort.

Lorsque le groupe est entré sur le marché du nucléaire américain en 2007, sous la direction de Pierre Gadonneix, il visait quatre réacteurs de nouvelle génération EPR aux Etats-Unis, avec une première mise en service fin 2015.

OBJECTIFS D'ÉCONOMIES ET DE DETTE CONFIRMÉS

Le groupe détient cependant toujours aux Etats-Unis 100% du capital de la société Unistar, qui aide notamment Areva dans le processus de certification de l'EPR.

EDF a en outre annoncé qu'il tablait désormais pour 2013 sur un résultat brut d'exploitation (Ebitda) en croissance organique d'au moins 3% en excluant sa filiale italienne Edison, contre une fourchette de 0% à 3% auparavant.

Il a aussi relevé sa prévision pour Edison, avec un objectif d'Ebitda de 1 milliard d'euros pour 2013, sa filiale ayant renégocié en juillet des contrats de gaz algérien et qatari.

EDF a en outre confirmé son programme d'économies de 1 milliard d'euros en 2013, après 360 millions réalisés à fin juin, ainsi que son objectif d'endettement et de dividende.

Ces annonces ont entraîné un bond du titre de l'électricien public en Bourse, l'action EDF gagnant 7,4% à 21,73 euros à 12h35, en tête d'un indice CAC 40 lui-même en progression de 0,2%. Le titre atteint son plus haut depuis novembre 2011 après avoir déjà bénéficié ces dernières semaines de la hausse des tarifs de l'électricité en France.

"Les résultats sont légèrement meilleurs qu'attendu (...) mais ce que l'on retient pour le moment, c'est le relèvement d'objectifs dans un environnement économique et réglementaire compliqué pour les 'utilities' en Europe", a indiqué un vendeur actions basé à Paris.

Le groupe a enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 2,9 milliards d'euros (+3,5%), un résultat net courant de 3,1 milliards (+3,8%), un Ebitda de 9,7 milliards (+6% en organique) et un chiffre d'affaires de 39,7 milliards (+10,7%).

La croissance de son Ebitda est portée par la France, qui affiche une croissance organique de 6,6%, ses activités ayant bénéficié d'une météo froide associée à des prix de marché favorables, et de sa production hydraulique.

Avec Geert De Clercq et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cbonerba le mardi 30 juil 2013 à 13:53

    nous payons les ratés a l etranger ........

  • axel1239 le mardi 30 juil 2013 à 09:10

    Edf toujours aussi mauvais dans ses investissements à l'étranger. Un gouffre payé par le consommateur francais