EDF : le directeur financier démissionne, l'Etat soutient le groupe

le , mis à jour à 09:26
4
EDF : le directeur financier démissionne, l'Etat soutient le groupe
EDF : le directeur financier démissionne, l'Etat soutient le groupe

«Ce projet stratégique majeur constituera un élément-clé de la politique énergétique britannique, en offrant à l'horizon 2025 la garantie d'une électricité sûre, compétitive et sobre en carbone», écrivaient la semaine dernière la France et la Grande-Bretagne au sujet de la construction controversée d'une centrale nucléaire avec deux réacteurs EPR, à Hinkley Point, en Angleterre. Depuis, ce projet évalué à 23,3 milliards d'euros a provoqué un sérieux court circuit chez EDF avec la démission du directeur financier du groupe Thomas Piquemal. Alors que ce départ brutal met en lumière les divergences de vues au sein du groupe, l'Etat, actionnaire à 84;5%, a fait part de son soutien à la direction d'EDF. 

Thomas Piquemal a rendu son tablier en raison d'un désaccord sur «la faisabilité à court terme» de ce projet de centrale, pour lequel l'électricien tarde à prendre une décision finale d'investissement, dernière étape avant sa concrétisation.

Selon l'agence Bloomberg, le grand argentier d'EDF a tiré la sonnette d'alarme sur le montage financier des deux EPR, au moins pour deux raisons. D'abord, pour garantir des financements, les autorités britanniques ont demandé à voir le fonctionnement de l'EPR de Flamanville (Manche). Mais la fin du chantier de cette centrale nouvelle génération en France a été retardé et n'interviendra pas avant la fin 2018.

Plus grave, le tour de table d'EDF pour trouver des investisseurs n'a pas été très fructueux. Au départ, EDF devait supporter entre 40 et 50% des coûts, mais l'addition est désormais passée à 66,5% ce qui risque de pénaliser les comptes du groupe détenu à 84,5% par l'Etat français. Ces difficultés arrivent au plus mauvais moment, car EDF, comme les autres électriciens, est confronté depuis plusieurs mois à une chute des prix de marché de l'électricité, ce qui fragilise les rentrées d'argent.

Selon «Les Echos», Thomas Piquemal a plaidé en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 il y a 9 mois

    qui veux tuer la société EDF ???????? après avoir tué AREVA

  • M5503580 il y a 9 mois

    Il a raison, prolonger les centrales actuelles en améliorant leur niveau de sureté et en préparant la transition énergétique serait un bien meilleur (et bien moins couteux) usage de l'argent public. l'EPR est une erreur de conception (trop gros, trop cher), il ne faut pas s'entêter.....

  • jmlhomme il y a 9 mois

    S'il y a bien un cadre qui ne devrait pas à avoir à démissionner . c'est le Financier. Qu'il previenne et insiste sur le fait que ce n'est pas financierement bon ou qu'il considere sa tache quasi impossible vu l'ampleur des engagements, ne justifie pas une démission. Qu'est qu'il y a derriere cette demission peu orthodoxe pour un cadre financier à ce niveau ( on est sur une centaine de milliards et meme pour l'ETAT c'est enorme )

  • 8charlie il y a 9 mois

    saluons le courage de ce monsieur qui annonce deja la prochaine catastrophe financière pour EDF... et le contribuable...