EDF : le coup de poker des salariés

le , mis à jour à 09:52
7
EDF : le coup de poker des salariés
EDF : le coup de poker des salariés

Imaginez la scène. Des salariés d'une grande entreprise publique utilisant la Bourse pour faire plier l'Etat ! Une association regroupant les actionnaires salariés d'EDF (EAS) a en effet déposé hier, auprès de l'Autorité des marchés financiers, le gendarme de la Bourse, une requête pour obliger l'Etat à organiser une « offre publique de retrait ». Autrement dit, à leur rembourser leurs actions EDF. « En résumé, nous réclamons environ 9 Mds€ à l'Etat », explique Benoît Gailhac, président d'EDF actionnariat salarié. Une paille ! Et pourquoi ? Selon eux, l'Etat se rendrait coupable « d'abus de majorité ».

En clair, de leur point de vue de petits actionnaires — ils détiennent 5 % du capital contre 85 % pour l'Etat —, les pouvoirs publics poussent EDF à s'engager dans des projets périlleux pour son avenir. Sans trop se soucier de l'avis des autres propriétaires de l'entreprise, les actionnaires minoritaires...

Une étonnante manoeuvre, réalisée à une date pas du tout choisie au hasard. Car, au même moment, à l'Elysée, trois ministres — Sapin, Macron, Ayrault — et un conseiller de Ségolène Royal étaient convoqués pour trancher un grand nombre de dossiers importants pour l'avenir financier plutôt sombre d'EDF. Des décisions qui sont amenées à être avalisées, demain, lors d'un conseil d'administration. « L'Etat se comporte comme le seul propriétaire d'EDF en utilisant l'entreprise comme un bras armé de sa politique soit industrielle, soit diplomatique. C'est ainsi que l'Etat a déjà imposé le rachat de la branche générateur d'Areva pour près de 2,5 Mds€ », s'agace Benoît Gailhac. Mais la goutte d'eau, pour ces salariés actionnaires, c'est le projet de construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point en Angleterre. Ce chantier à 16 Mds€ pourrait, selon eux, « obérer l'avenir de l'entreprise et les investissements nécessaires à la transition énergétique et à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 il y a 8 mois

    Cette ouverture du capital a été une véritable arnaque. Dans un premier temps EDF a fait ce qu'il fallait pour montrer un bon bilan afin d'attirer les acheteurs. Après la cotation en bourse, l'action n'ayant pas assez monté, EDF affiché un plan d'économies et une réduction du personnel. L'action a effectivement monté et ensuite le soufflet s'est dégonflé. Ensuite vient le temps de payer les conséquences des errements stratégiques, aux USA (Constellation $$$) et UK (British Energy £££)

  • gache1 il y a 8 mois

    Vous prenez une entreprise en situation de quasi monopole, vous la mettez entre les mains d'Enarques et X et en quelques années elle se retrouve au bord du gouffre. Ce n'est ni la première ni la dernière fois que ce curieux phénomène se produit.

  • ppsoft il y a 8 mois

    ... hélas la durée de ma vie humaine n'aura pas été suffisamment longue pour éviter d'avoir à connaitre cette situation. Déjà que nous ne savons même pas techniquement comment démanteler les centrales, le crash économique à venir d'EDF enterrera définitivement tout espoir d'y parvenir. Quant à savoir comment on aura de l'électricité après la fermeture des centrales, c'est le gros point d'interrogation. Je suis triste pour mes enfants.

  • ppsoft il y a 8 mois

    Depuis le plus jeune âge où j'ai été en mesure de comprendre ce que représente le nucléaire, je me suis toujours dit que l'Histoire d'un pays (du notre, en l'occurrence) a toujours été parsemé d'événements chaotiques : guerres, crises économiques, etc. alors que les effets du nucléaire, eux, sont permanents sur des 10aines de milliers d'années. J'ai toujours croisé les doigts pour que les choses soient différentes et que cela ne nous conduise pas dans une situation catastrophique...

  • jmlhomme il y a 8 mois

    Le coté salarié des actionnaires devraient surtout les pousser à travailler plus, le coté actionnaire à réduire les avantages tirés de l'entreprise. Evidemment tout actionnaire EDF est manipulé par l'Etat. Comme tout entreprise dont un actionnaire est majoritaire absolu, elle est dirigée directement pas son conseil d'administartion, elu par son actionnaire majoritaire. Les Statuts d'EDF n'ont aucun point dérogeant sur ce sujet.

  • M415325 il y a 8 mois

    bravo vous défendez votre outil de travail l Europe s' acharne avec nos gouvernants à le détruire depuis des années . bravo

  • alphalog il y a 8 mois

    vu la capi d'EDF, je ne vois pas où seraient les 9 milliards même avec un delisting au prix (folklorique) de l'IPO....