EDF : la Cour des comptes incite à revoir l'organisation du travail

le
2
EDF : la Cour des comptes incite à revoir l'organisation du travail
EDF : la Cour des comptes incite à revoir l'organisation du travail

Dans un référé, la Cour des Comptes critique, ce lundi, l'organisation et la durée du travail au sein d'EDF et de ses filiales RTE et ERDF. Les sages de la rue Cambon demandent à la direction d'engager avec les organisations syndicales une «réflexion» concernant «l'aménagement du temps de travail, la cartographie des métiers et l'organisation du travail, dans la perspective d'une meilleure disponibilité et de gains de productivité».

Dans sa note, Didier Migaud, premier président de la Cour, constate que la durée du travail dans l'entreprise et ses filiales est «insuffisamment suivie». Selon les magistrats, aucune des composantes du groupe ne dispose «d'un outil fiable de contrôle de décompte des temps de travail» et le temps de travail y est inférieur à la référence prévue au sein du secteur électrique et gazier.

Selon la Cour des Comptes, le temps de travail était de 1 548 heures en 2011 pour les 62 150 salariés d'EDF et de 1 500 heures chez RTE (gestionnaire du réseau électrique) alors que la «durée de référence au sein des industries électriques et gazières» prévoit 1 570 heures et le droit du travail 1 607.

Un régime d'heures supplémentaires «exorbitant»

En outre, la Cour relève que le régime des heures supplémentaires (72 heures en moyenne par agent au sein d'EDF) est «exorbitant». La Cour demande à la direction de mieux piloter les astreintes des agents.

Enfin, la Cour estime que l'organisation du temps de travail à EDF est une «mosaïque complexe permettant des aménagements très différents, sans unité, par entités, par métiers et par zones, comportant des différences sensibles de traitement entre les salariés sans véritable justification». Une situation qui s'est dégradée alors que l'entreprise était en 1999 le fer de lance de l'application des 35 heures et même des 32 heures.

EDF assure avoir déjà ouvert au printemps un «programme d'action» en ce sens. L'entreprise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • glaty le lundi 16 sept 2013 à 13:25

    BON NOMBRE D'ENTRE NE TRAVAILLENT QU'UN HEURE ou DEUX DANS LA JOURNEE ET ILS SONT PAYES INTEGRALEMENT DE LEUR JOURNEE DE PRESENCE..ET QUE DIRE AUSSI DU COMITE D'ENTREPRISE ...ET CE N'EST PAS QUE CHEZ E.D.F IL FAUT QUE LA COURS DES COMPTE REGARDE ET CONTROLE LES IRREGULARITES ET AUTRES AVANTAGES INCONTROLES D'AUTRES ENTREPRISES NATIONALE...IL Y A BEAUCOUP A APPRENDRE ET A APPREHENDER ...

  • rodan3 le lundi 16 sept 2013 à 13:12

    ah là là ..... s'attaquer au 2e mammouth d'état, c'est de l'utopie socialopithéque..!! n'est pas Sarko qui veut ...!! en tout cas, c'est pas "Mou du Genou " qui va se mouiller ..!!