EDF: l'acquisition d'Areva NP bouclée au S2 2017.

le
1

(CercleFinance.com) - EDF et Areva ont donné une dimension concrète au protocole d'accord sur la branche Areva NP signé le 28 juillet dernier. L'opération, d'un montant toujours évalué à 2,5 milliards d'euros, devrait être bouclée “au 2e semestre (S2) 2017”.

Pour mémoire, la division NP d'Areva, soit l'ex-Framatome, porte sur les activités industrielles de conception et de construction de réacteurs nucléaires, et les services associés.

L'accord annoncé ce jour prévoit que les conséquences (actuelles et futures) du projet d'EPR finlandais d'Olkiluoto 3 et celles des contrats des pièces forgées dans l'usine Areva NP du Creusot ne seront pas transférés, et resteront donc au sein du périmètre d'Areva.

L'opération valorise les fonds propres d'Areva NP, comme prévu, à 2,5 milliards d'euros, “hors les éventuels compléments et ajustements de prix et sans reprise de dette financière à la date de réalisation de l'opération”. Soit environ 8 fois l'excédent brut d'exploitation (EBITDA, selon l'acronyme anglais) anticipé pour 2017.

La consultations des instances représentatives des personnels étant terminé, le transfert devrait être bouclé au 2e semestre 2017. Sous quelques conditions, dont “l'obtention de conclusions favorables de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) au sujet des résultats des essais concernant le circuit primaire du réacteur de Flamanville 3”, et un audit “satisfaisant” de l'usine du Creusot.

L'éventuelle entrée d'autres actionnaires stratégiques au sein d'Areva NP au côté d'EDF fera l'objet de négociations “dans les prochaines semaines”.

Selon le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, “avec EDF en chef de file du nucléaire français, ce rapprochement permettra à notre industrie d'être plus performante et efficace dans la réalisation de travaux majeurs comme le grand carénage du parc et la construction de nouvelles centrales nucléaires. Nous serons aussi plus forts et plus compétitifs pour conquérir de nouveaux marchés à l'international”.

Et maintenant ? “Paris devra obtenir l'accord de Bruxelles, qui pourrait intervenir dans les prochaines semaines. L'objectif sera ensuite de réaliser l'augmentation de capital d'Areva en janvier, pour un montant de cinq milliards d'euros, à laquelle des investisseurs tiers devraient souscrire, en provenance de Chine et du Japon”, commentent ce matin les analystes d'Aurel BGC.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gus6768 il y a 10 mois

    Si Bruxelles ne donne pas son accord, pourquoi ne pas faire un frexit? on a déjà suffisament perdu de plumes à cause de l'EU---E. Et l'état qui veut valoriser 8X l'EBITDA de 2017 pour céder AREVA à EDF, c'est énorme!!! Il va encore il y avoir des PDV au passage...