EDF exposés à des subventions trop coûteuses

le
8
Malgré la hausse récente de 17% de la taxe CSPE, EDF doit mettre de sa poche un milliard d'euros par an.

Une hausse des prix de l'énergie peut en cacher une autre. Alors que le gouvernement s'apprête à entériner une majoration des prix du gaz, les tarifs réglementés de l'électricité ont grimpé au 1er juillet. Cette augmentation est moins sensible politiquement, car plus discrète sur le plan économique.

La contribution au service public de l'électricité (CSPE), qui représente 11 % de la facture, a augmenté de 17 %. En d'autres termes, le client qui payait 9 euros de CSPE par mégawattheure (MWh) en paie désormais 10,50 euros. La CSPE, qui devrait rapporter 4,3 milliards d'euros en 2012, sert notamment à subventionner le développement des énergies renouvelables, via les dispositifs de rachat de l'électricité «verte» (photovoltaïque, éolien, biomasse...).

La CSPE prend en charge la différence entre le prix de rachat des énergies renouvelables et le prix de marché de l'électricité. Elle vise aussi à assumer les surcoûts de production et d'achat d'électricité dans les zones non interconnectées, essentiellement les DOM-TOM, la Corse et Mayotte.

Mais, dans la mesure où cette taxe est plafonnée, la loi prévoit qu'EDF supporte la différence entre les charges réelles et les recettes de la CSPE. Un remboursement de cet écart est prévu par les textes, mais le calendrier n'est pas fixé.

EDF aimerait élargir la taxe au gaz et au pétrole

Aux yeux de l'électricien tricolore, cette situation est de plus en plus difficile à tenir. Même si la CSPE est majorée, EDF continue à devoir supporter un surcoût d'environ un milliard d'euros par an.

«Le mécanisme est déséquilibré et EDF en subit les conséquences, en finançant avec sa trésorerie le déficit de compensation qui est de l'ordre de 4 milliards d'euros, souligne Thomas Piquemal, le directeur financier d'EDF. Il faut aussi ajouter des coûts de gestion qui sont d'environ 50 millions d'euros par an.» Pour le dirigeant, il devient urgent de réduire ce déséquilibre pour «qu'il ne pèse pas durablement sur les comptes de l'entreprise».

Dans ces conditions, comment faire évoluer le dispositif de la CSPE? «Nous devons être une force de proposition et nous y travaillons», répond simplement Thomas Piquemal. En l'occurrence, EDF ne veut plus assumer seul le surcoût lié aux charges de la CSPE. Plusieurs pistes seraient à l'étude: élargir la taxe à d'autres sources d'énergie, le gaz et le pétrole en particulier, pourrait être un schéma envisageable. De même que la perception d'intérêts sur la créance que détient EDF. La taxe deviendrait ainsi pour EDF un actif financier de long terme et serait gérée comme tel. Le débat s'annonce serré.

LIRE AUSSI:

» Le gouvernement voudrait geler le prix du gaz

» Énergie-Info au secours des consommateurs désorientés

» Cinq ans après, la concurrence dans l'énergie est un échec

» Les hausses et les baisses de prix du 1er juillet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 le jeudi 19 juil 2012 à 17:32

    combien l'énergie photovaltaique a-elle tués? et combien le charbon, et le gaz et l'energie nucléaire? un peu de sérieux que EDF râlent pour obtenir des rabais et l'augmentation des prix de l'électricité je comprend. mais les contre véritées j'ai du mal a comprendre...

  • lecorr le lundi 9 juil 2012 à 15:09

    @gouraudp Si on faisait ça, personne de se lancerai dans cette abération économique et écologique qu'est l'électricité photovoltaique. Avec des panneaux qui sont parmis les objets les plus polluant à produire, qui nécessitent des composants électroniques irradiés et qu'on ne sait pas recycler et qui tuent les pompiers en cas d'incendie... On devrait mettre une amende à ceux qui les installent.

  • gouraudp le lundi 9 juil 2012 à 13:15

    Au lieu qu'un particulier produise de l'electricté afin d'etre revendu a EDF et ainsi augmente la facture des autres, pourquoi ne pas faire des instalations plus petites et donc beaucoup moins cher afin de produire juste l'electricité nécessaire a l'autonomie de la maison, le surplus produit lété pouvant etre utiliser l'hiver, une sorte de compte epargne electricité, cela permettrait aux particuliers de ne plus payer de courant et a EDF de ne pas reverser de grosses sommes.

  • heimdal le lundi 9 juil 2012 à 11:18

    C'est comme si je fabriquais mon huile de Colza pour faire tourner ma voiture et que Total me reversait de l'argent !Ce principe est inique comme la majeur partie des financements des énergies vertes .Cela permet à un secteur d'installateurs en panneaux solaires de gruger leurs clients .

  • psdi le samedi 7 juil 2012 à 19:54

    Pour arrêter ce scandale, il suffit de baisser considérablement les aides et cela limitera de fait les augmentations. Ce n'est pas plus compliqué.

  • zeisuke le samedi 7 juil 2012 à 17:38

    Le photovoltaïque en France est un scandale et je me demande comment Bruxelles n'a pas sanctionner cela !!!!

  • rleonard le samedi 7 juil 2012 à 12:21

    encore une usine à gaz à la Francaise pondue par des hauts fonctionnaires et à laquelle personne ne comprends plus rien donc on peut tout justifier pour augmenter les prix. A quand un retour au regime general de financement des comites d'entreprises pour celui d'EDF ?? une grosse source d'économies !!

  • cereprim le samedi 7 juil 2012 à 12:08

    edf oublie de dire quelle est le principal producteur en photovoltaique par intermédiale de filiale ou de partenariat , elle encaisse donc les aides de l'état .. les particuliers sont une infime proportion de la production.. et bien sur edf prend prétexe que ça lui coute cher pour augmenter tout le monde .. a quand une enquete sérieuse de l'état (mais comme il est aussi actionnaire d'edf.. ) merci pour le conflit d'intéret