« EDF est-il sauvé ? » (Cercle des économistes)

le
19

EDF : ''La cession d'actifs non stratégiques et la réduction des coûts sont indispensables'', affirme Jean-Marie Chevalier.
EDF : ''La cession d'actifs non stratégiques et la réduction des coûts sont indispensables'', affirme Jean-Marie Chevalier.

Après Areva, l’Etat s’engage à renflouer EDF dans le cadre d’un projet d’augmentation de capital de 4 milliards d’euros. Selon Jean-Marie Chevalier, cet accord intervenu vendredi 22 avril, après de longs mois de discussions avec le gouvernement, enlève une épine du pied à l’électricien sans pour autant régler les autres grandes échéances.

Selon les syndicats d'EDF « le groupe est au bord de la faillite », une formule qu’il eut été inimaginable d’exprimer dans le passé et qui reflète une situation aujourd’hui très préoccupante. Un très grand nombre de facteurs se conjuguent pour expliquer la gravité de l’état présent.

Les tarifs d’EDF, qui devaient évoluer à la hausse, ont été bloqués par les gouvernements successifs. La concurrence sur l’espace européen et le développement massif des énergies renouvelables entraînent à la baisse les prix de gros de l’électricité. La loi sur la transition énergétique pose à EDF des problèmes redoutables pour la gestion de son parc nucléaire. Ajoutons à cela les difficultés rencontrées sur les chantiers de l’EPR en France (Flamanville) et en Finlande.

Par ailleurs, EDF doit faire face à la reprise, partielle mais problématique, d’Areva et à la question de la construction de deux EPR en Grande-Bretagne, un investissement de l’ordre de 24 milliards d’euros, sachant que l’endettement du groupe est de 37 milliards d’euros.

Plusieurs mesures sont envisagées. L'augmentation de capital décidée par l'Etat soulage l'entreprise mais révèle une grande irresponsabilité de la tutelle pour n'avoir pas su anticiper. La cession d'actifs non stratégiques et la réduction des coûts sont indispensables. Mais on souhaiterait davantage de transparence, et que les syndicats soient parties prenantes des efforts de productivité. En effet, ces derniers doivent être accompagnés par une évolution culturelle de l'entreprise : EDF n’est plus un monopole et doit s’adapter, de façon intelligente et active, à un environnement européen difficile et contraignant.

La gestion du parc de production existant est un défi majeur pour l’entreprise et pour la Nation. Sur ce point, il semble que la loi sur la transition énergétique devra être révisée. Peut-on admettre en effet que l’entreprise supporte la charge financière nette d’une fermeture d’unités nucléaires qui, du point de vue de notre Autorité de sûreté, fonctionnent d’une façon sûre ? La rationalité économique et politique implique que chacune de nos centrales existantes soit gérée en combinant en permanence les critères de sureté, contrôlés par l’ASN, et les critères économiques.

Enfin, l’affaire des EPR à construire à Hinkley Point, en Grande-Bretagne, est financièrement très lourde pour EDF. Et si un consensus assez fort apparaît entre les deux gouvernements, aucun EPR n’a encore démarré et démontré ses performances attendues. L’EPR est complexe, cher, difficile à construire. La décision de consulter sur ce point le Comité Central d'Entreprise pourrait aboutir à proposer une version simplifiée et moins chère de l’EPR actuel.

Une coopération nucléaire entre la France et la Grande-Bretagne symboliserait la volonté des deux états de revisiter la filière nucléaire de l’avenir qui, aujourd'hui, ne peut être représentée par l’EPR dans sa forme actuelle.   

Jean-Marie Chevalier

Jean-Marie Chevalier est Membre du Cercle des économistes et Professeur à l’Université Paris-Dauphine.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pvan-exe il y a 7 mois

    Pendant des années l'état sa puisé dans les bénéfices d'EDF ne laissant pas les moyens à l'entreprise de provisionner le renouvellement de ses centrales, et maintenant avec un pays sans le sous le problème est posé.

  • lsleleu il y a 8 mois

    L'état a laissé EDF s'endetter de 32 milliards l'état nomme les PDG l’état et propriétaire à 85%, l'état bloque les prix.Conclusion : L'état est responsable ! Si en plus L'état veux que EDF injecte 18 Milliards chez les Anglais l'augmentation de capital ce sera ...... ZERO !

  • lsleleu il y a 8 mois

    pour info la générosité de l'état pour "renflouer "EDF c'est la réinjection du dividende !

  • lsleleu il y a 8 mois

    C'est quand même curieux que toutes les sociétés nationalisées après la guerre qui marchaient super bien ne marchent plus ? vous avez le choix : contagions ? ou volonté !

  • jeannec2 il y a 8 mois

    Assurance, bien sûr. mais qui paiera au final. Les consommateurs, merci pour la facture !

  • er3dw il y a 8 mois

    éolien, capteurs solaires : des machins pas rentables payés par le consommateur d'électricité nucléaire. Arrêtons de se moquer des gens.

  • gedovius il y a 8 mois

    Avec les socialistes, rien ne marche (SNCF , AREVA , EDF ) C'est la Bérésina et la déconfiture totale. Ces incapables et les syndicats pourrissent tout ce qu'ils touchent. Dehors !

  • M7097610 il y a 8 mois

    et j'oubliais... quand EDF trouvera-t-elle une assurance qui accepte de couvrir le risque d'accident de centrale nucléaire car pour l'instant, c'est le contribuable qui assume !

  • M7097610 il y a 8 mois

    combien le cout de démantèlement des centrales ? c'est bien gentil de critiquer les éoliennes et le photovoltaïque mais il faudrait aussi regarder vos cocottes minute et poubelles nucléaires dont le coût a été bizarrement et largement sous évalué...on compte en dizaines de milliards.

  • M7097610 il y a 8 mois

    dernières convulsion du dinosaure crypto staliniens