EDF chute en Bourse, le soutien de l'Etat ne règle pas tout

le
7
L'ACTION EDF CHAHUTÉE EN BOURSE MALGRÉ L'AIDE DE L'ETAT
L'ACTION EDF CHAHUTÉE EN BOURSE MALGRÉ L'AIDE DE L'ETAT

PARIS (Reuters) - L'action EDF accuse la plus forte baisse du SBF 120 lundi matin, des analystes soulignant l'effet fortement dilutif du plan de soutien financier de l'électricien public par l'Etat français, qui ne règle pas pour autant les difficultés industrielles de l'entreprise.

Vers 10h25, le titre EDF chute de 7,92% à 11,27 euros pendant que l'indice perd 0,87%.

EDF a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer sa structure financière, dont une augmentation de capital de quatre milliards d'euros à laquelle l'Etat participera à hauteur de trois milliards, l'option d'un versement des dividendes en action pour 2016 et 2017, et un plan de cessions d'environ 10 milliards à l'horizon 2020.

"Malgré la tentative d'EDF de mettre l'accent sur ses réductions de coûts et l'optimisation de ses dépenses d'exploitation, le point clé (...) reste que les investisseurs seront sensiblement dilués (à plus de 20%), à la fois par le dividende en actions et l'augmentation de capital", relève dans une note Bernstein, qui abaisse son objectif de cours de 13 à 10,40 euros.

L'intermédiaire estime en outre que les économies et les cessions à venir manquent de précisions et que le report de la décision d'investissement dans le coûteux projet nucléaire britannique d'Hinkley Point, lui aussi annoncé vendredi, ne lève pas les incertitudes sur ce dossier.

Exane BNP Paribas, qui abaisse son objectif de cours à 10 euros et réduit ses prévisions de bénéfice et dividende par action, souligne pour sa part que le plan d'EDF n'est pas de nature à doper son Ebitda et que, de l'aveu même du groupe, les prix de l'électricité pourraient rester bas en France et en Europe "au cours des deux à trois prochaines années".

RBC Capital Markets estime de même que le plan présenté par EDF montre que le groupe "prend conscience de la gravité des conditions de marché actuelles".

"Jusqu'à dix mois pourraient s'écouler avant que l'augmentation de capital ne soit annoncée, ce qui suggère une période de volatilité pour la valeur", souligne l'intermédiaire.

EDF a précisé vendredi que la levée de fonds serait présentée d'ici à la clôture de ses comptes 2016 "si les conditions de marché le permettent".

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a de son côté exclu un report de plusieurs années du projet d'Hinkley Point, comme le réclament les syndicats d'EDF, et assuré dans une interview au Journal du Dimanche que cet investissement pourrait être confirmé en septembre.

(Benjamin Mallet, avec Raphaël Bloch, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sky888 il y a 7 mois

    L ETAT va rendre dans cette AK les dividendes scandaleux qu elle poussait à retirer depuis des années au lieu d assainir les comptes comme d habitude une gestion Vue court termiste de l Etat....

  • j.neugeb il y a 7 mois

    ce dossier est tellement explosive , qu'il peut mettre la France à genoux!

  • mlaure13 il y a 7 mois

    A quand le gd coup de balai rénovateur...???...:-(((

  • jmlhomme il y a 7 mois

    Il faut attendre les elections de 2017. Le contre courant libéral oeuvrera trés rapidement. En commencant par les restriction de l'action de l'etat sur les entreprises, déconsidération des Syndicats archaiques, Il faut que cela change et cela changera . Meme les signatures d'aujourd'hui seront revisitées. Le peuple aura choisi d'autres voies . ( Finis les privilèges établis) .

  • M4189758 il y a 7 mois

    JPi - Comment peut on parler du soutien de l'état alors que c'est l'état (gauche/droite confondue) qui est la cause de sa ruine ?

  • M3182284 il y a 7 mois

    Une seule strategie pour les entreprises où l'Etat est actionnaire : short action long obligation. Toute action va dans le sens des syndicats : tant que la dette est pari passu avec l'intérêt syndical celle ci sera honorée. L'actionnaire pompe tout en dividende et la valeur de la société s'écroule. Areva, engie, air France, Edf, etc

  • bonialbi il y a 7 mois

    Commencer donc pas supprimer tous les acquis, avantages des salariés (primes, résidence de vacances, gratuité de l'électricité, etc....etc...)