EDF baisse son dividende et travaille à son équation financière

le , mis à jour à 09:29
7
CHUTE DU RÉSULTAT NET D'EDF EN 2015
CHUTE DU RÉSULTAT NET D'EDF EN 2015

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé mardi un résultat net part du groupe et un dividende en baisse au titre de 2015 et a fait savoir qu'il travaillait à l'élaboration de son plan de financement pour s'adapter à la baisse des prix de marché de l'électricité.

L'électricien public, dont l'Etat français détient 84,9% du capital, a redit son ambition de générer un flux de trésorerie (cash flow) positif en 2018 après dividendes (hors projet du compteur 'intelligent' Linky), alors que le cash flow du groupe est resté négatif à hauteur de 2,1 milliards l'an passé.

EDF propose un dividende de 1,10 euro par action pour 2015, contre 1,25 euro au titre de 2014, avec une option de paiement en actions nouvelles que l'Etat s'est engagé à choisir, ce qui évitera une sortie de cash de 1,8 milliard d'euros.

Le groupe a aussi confirmé son intention de limiter ses investissements nets à 10,5 milliards d'euros en 2018 hors nouveaux développements, ces derniers devant être financés par des cessions d'actifs dont le montant n'est pas précisé.

En quête de capitaux pour mener à bien son projet d'EPR britannique d'Hinkley Point, financer les travaux des centrales françaises ou encore racheter l'activité réacteurs nucléaires d'Areva, EDF souhaite cependant que le projet d'ouverture du capital de RTE puisse se concrétiser "rapidement", a déclaré son PDG Jean-Bernard Lévy.

"A l'horizon 2017-2018, nous allons prendre de façon plus sévère la baisse des prix de marché et ceci nous conduit à réexaminer l'équation de financement et l'endettement du groupe en liaison avec notre actionnaire principal", a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique.

"La décision d'investissement (dans Hinkley Point) se rapproche puisque nous aurons bientôt terminé nos discussions avec nos partenaires chinois", a également indiqué Jean-Bernard Lévy.

Le PDG, confirmant l'objectif de baisse des coûts opérationnels de 700 millions d'euros en 2018 par rapport à 2015, n'a en outre pas fait de commentaire sur un risque d'augmentation de capital d'EDF évoqué lundi par la presse.

Pour 2016, le groupe vise un Ebitda compris entre 16,3 milliards et 16,8 milliards d'euros, un ratio d'endettement financier net sur Ebitda entre 2 et 2,5 fois et un taux de distribution du résultat net courant compris entre 55% et 65%.

EDF a vu son résultat net part du groupe plonger de 68% en 2015, à 1.187 millions d'euros, en raison d'éléments exceptionnels qui s'élèvent à 3,6 milliards et concernent principalement des dépréciations d'actifs thermiques au Royaume-Uni, en Italie, en Pologne et en Belgique, et les activités d'exploration-production de la filiale italienne Edison.

Dans le même temps, le résultat net courant a atteint 4.822 millions (-0,6%), l'Ebitda 17.601 millions (+3,9% en organique et hors rattrapage tarifaire) et le chiffre d'affaires 75.006 millions (+2,2% en variation brute, -1,8% en organique).

Selon un consensus réalisé par Reuters (médiane), les analystes attendaient un résultat net part du groupe de 1.355 millions d'euros, un résultat net courant de 4.291 millions, un Ebitda de 17.411 millions et un dividende de 1,25 euro.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR il y a 10 mois

    le prix de l'électricité baisse, il est normal que la facture don -sommateur - tribuable augmente pour compenser.......

  • xavib il y a 10 mois

    Les factures vont augmenter mais il paraît que c'est le progrès...

  • xavib il y a 10 mois

    EDF va essayer de se refaire une santé financière sur notre dos avec LINKY, le compteur tueur de neurones...

  • d.jousse il y a 10 mois

    EDF, pillé par l'état, les syndicats, et son CE hors du commun. EDF ne devrait pas être en bourse.

  • dogma il y a 10 mois

    Renault (pas le chanteur, l'entreprise)....je suis même pas certains qu ils n aient pas fait les deux ...;)

  • squal72 il y a 10 mois

    "dépréciations d'actifs " = optimisation fiscale !!! donc magouille !!!

  • SM7 il y a 10 mois

    Après avoir tué Alstom et Areva (j'en oublie beaucoup très certainement) notre GVT va finir par tuer EDF, c'est à se demander ce qui va rester dans quelques années. Je me demande s'il ne sont pas aussi en train de tuer Renault (pas le chanteur, l'entreprise)