EDF attend l'aval de l'ASN pour redémarrer plus de réacteurs-PDG

le
0
 (Version complétée) 
    par Bate Felix 
    PARIS, 4 novembre (Reuters) - EDF  EDF.PA  fait son maximum 
pour avoir plus de réacteurs en service mais attend le feu vert 
de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour en relancer 
certains, a déclaré vendredi le PDG de l'énergéticien public. 
    L'ASN a demandé à EDF de mener des contrôles supplémentaires 
sur 12 réacteurs, ce qui a prolongé leur période de mise en 
arrêt de production pour maintenance et fait craindre que la 
France ne puisse faire face aux pics de demande d'électricité de 
l'hiver. 
    La France dépend des 58 réacteurs français d'EDF pour 75% de 
ses besoins en électricité. 
    Ces inquiétudes sur les capacités de production de la 
France, habituellement exportatrice nette d'électricité en 
Europe, ont fait grimper les prix à des niveaux record ces 
dernières semaines sur les marchés européens de l'électricité. 
    "EDF fait de son mieux pour avoir le nombre maximum de 
réacteurs en service", a déclaré Jean-Bernard Lévy en marge 
d'une conférence sur l'énergie organisée à Paris par le New York 
Times.  
    Mais actuellement, a-t-il ajouté, "l'ASN ne nous a pas 
autorisés à redémarrer certains réacteurs en dépit de notre 
demande". 
    "Nous pensons que ces réacteurs peuvent être opérationnels 
mais l'ASN n'est pas du même avis. Ils ont demandé davantage 
d'informations avant de prendre une décision, d'où le 
redémarrage tardif de certains réacteurs par rapport au 
programme initial que nous avions jusqu'à il y a deux jours", 
a-t-il ajouté. 
    EDF a repoussé jeudi jusqu'à la fin de l'année 2016 le 
redémarrage de cinq réacteurs - Bugey 4, Gravelines 2, Tricastin 
1, 3 et 4 - dont la remise en production était auparavant prévue 
 entre la fin novembre et la mi-décembre. 
    Le groupe a de ce fait réduit son objectif de production 
d'électricité pour l'année ainsi que son objectif de résultat 
opérationnel (Ebitda) pour l'exercice 2016.   
    L'ASN, interrogée par Reuters, a confirmé que le délai 
annoncé par EDF pour le redémarrage de ces cinq réacteurs 
correspondait au calendrier prévisionnel que l'Autorité a fourni 
au groupe. 
    Vendredi, EDF a reporté au 11 novembre le redémarrage du 
réacteur Chinon 3 (900 MW) auparavant prévu pour le 6 novembre. 
    La situation actuelle est aussi complexe en raison de la 
production hydroélectrique moins bonne qu'habituellement du fait 
de pluies insuffisantes, a indiqué le PDG d'EDF. 
    La ministre de l'Environnement et de l'Energie Ségolène 
Royal a assuré vendredi matin sur Europe 1 qu'il n'y avait pas 
de risque de pénurie d'électricité en France malgré l'arrêt de 
la production d'un tiers environ des 58 réacteurs nucléaires 
d'EDF pour maintenance ou tests de sûreté.   
 
 (Avec Dominique Rodriguez, édité par Marc Joanny) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant