Éder, ou l'altruisme d'un homme

le
0
Éder, ou l'altruisme d'un homme
Éder, ou l'altruisme d'un homme

Souvent moqué pour sa Coupe du monde 2014 catastrophique, copieusement sifflé par le public portugais à de nombreuses reprises cette année, l'attaquant du LOSC sent désormais que le vent tourne, bien qu'il ne devrait occuper qu'un rôle de joker pendant l'Euro. Moins de railleries, plus de silence. Les gens auraient-ils compris l'incompris ?

Éder est un Portugais comme un autre. La preuve, il s'est très vite montré efficace au travail dans son nouveau pays. En seulement 13 rencontres, le nouvel attaquant du LOSC a planté six banderilles et délivré quatre caviars. Son adaptation éclair à la France se vérifie tout aussi bien hors du rectangle vert. C'est que le natif de Bissau a déjà fait connaissance avec une certaine partie de la culture contemporaine hexagonale. De fait, Éder dit " connaître un peu Top Chef ", qu'il a promis de " regarder plus souvent la prochaine fois pour améliorer (s)on français et (s)'en inspirer pour (s)es prochains plats" et s'être mis au rap local. " Ce sont mes coéquipiers qui m'ont fait écouter du rap français. En ce moment, j'aime bien écouter du MHD ", balance le numéro 9 de la Selecção, dont l'amour du hip-hop ne date pas de la dernière pluie. Jonathan Bru, ancien coéquipier de l'international portugais du temps où ils évoluaient à l'Académica, l'a très vite compris à ses dépens. " Il m'appelait "bump, bump, bump" en référence à la célèbre chanson de B2K, parce qu'il trouvait que je ressemblais à Omarion ", se marre le Mauricien, avant de rappeler que " d'ailleurs, Éder a copié ma coupe de cheveux de l'époque et ne l'a jamais lâchée ! " Le joueur formé au Stade rennais aime également souligner l'altruisme de son ancien camarade. " Il me laissait les clés de sa voiture, un Audi Q7, quand j'en avais besoin… Et puis on allait toujours chez le coiffeur ensemble. Un jour, je suis allé me faire des tresses, ça a pris trois heures. Éder est resté jusqu'au bout alors qu'il n'y était pas obligé. " Donner sans attendre en retour, y compris sur le terrain. Et si c'était ça, la patte Éder ?

" Meilleur passeur que buteur"


L'intéressé ne le nie pas : " Je pourrais être plus égoïste. Je sais que pour un attaquant, c'est important de marquer des buts. " Mais il y a un mais. " Dans mon monde, donner une passe décisive est aussi important que marquer un but. Peu importe que ce soit toi ou ton coéquipier qui marque, l'important c'est qu'il y ait but ", rappelle sobrement l'ancien buteur de Braga. " C'est un attaquant généreux, meilleur passeur que buteur, ce qui ne…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant