Eder, la revanche du mal-aimé

le , mis à jour à 06:17
0
Eder, la revanche du mal-aimé
Eder, la revanche du mal-aimé

Le 13 août prochain, le Lillois Eder risque d'entendre quelques sifflets à l'occasion du déplacement de son équipe à Metz pour la reprise du championnat. L'attaquant portugais est en effet le bourreau des Bleus, celui qui, en prolongation (109e), a inscrit le but de la victoire. « Il n'a rien fait de mal, juste mouiller le maillot pour son pays, dédramatise Frédéric Antonetti, son entraîneur au Losc. Je suis très content pour lui. »

 

Ce natif de Guinée-Bissau de 28 ans, qui a grandi au Portugal dans un orphelinat, est en tout cas le héros inattendu des Lusitaniens. Dans cet Euro, avant cette finale, il n'avait disputé que treize minutes (contre l'Islande et l'Autriche en phase de poules). Il était d'ailleurs le mal-aimé de la sélection, surnommé le « vilain petit canard » pour son manque d'efficacité. Dimanche soir, l'homme aux 29 sélections (pour quatre buts) est devenu un « magnifique cygne », selon les mots de son entraîneur.

 

Entré en cours de jeu (79 e), il est à l'origine de deux des trois frappes cadrées de son équipe (son but et une tête repoussée par Lloris à la 104 e), le tout en quarante et une minutes de jeu. « Il a été un bon point d'appui, il a gagné des ballons, gêné les Bleus. C'est également un bon récepteur de centre et un buteur avec cette frappe soudaine et très précise. En quelques minutes, il a montré la panoplie de son talent », précise Antonetti. « Il le mérite. Il a été tellement critiqué. Or, aujourd'hui, il a inscrit le but le plus important de l'histoire du Portugal », s'enthousiasme son jeune coéquipier Renato Sanches.

 

Ironie de l'histoire, Lille est le club qui a certainement permis à Eder d'être présent à cet Euro. Prêté à la formation nordiste en janvier, après une mauvaise expérience en Angleterre à Swansea, l'ancien joueur de Braga a brillé lors de cette moitié de saison avec six buts et quatre passes décisives. Dès la fin mai, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant