Edenred compte sur le numérique pour accélérer sa croissance

le
0

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Edenred a confirmé mardi ses projections de croissance annuelle à long terme, tout en annonçant un accroissement à 50% en 2012 puis à plus de 70% à l'horizon 2016 du volume d'émission électronique de ses différents produits.

L'inventeur du ticket-restaurant, qui gère aussi les CESU et les tickets Kadéos, a confirmé à l'occasion d'une journée investisseurs son objectif d'accroître entre 6% et 14% par an son volume d'émission à long terme.

Pour l'atteindre, le groupe veut augmenter de 2% à 5% son taux de pénétration sur ses marchés existants.

Dans les produits à destination des salariés, Edenred compte lancer 11 nouveaux produits qui s'ajouteront aux 69 offerts à la fin 2010.

S'agissant de la gestion des frais professionnels, le groupe dit vouloir accélérer le déploiement de son offre dans la gestion de flotte de véhicules et la gestion des dépenses liées aux déplacements professionnels.

Parmi les neuf solutions lancées cette année ou en cours de développement, qui viennent s'ajouter aux 16 solutions déjà existantes au sein du groupe, Ticket Frete, lancée ce mois-ci au Brésil, représente à elle seule un marché potentiel de 23 milliards d'euros, précise Edenred. Ce produit constituera dès 2012 un levier important de la croissance du volume d'émission brésilien, selon Edenred.

Le groupe veut également étendre sa couverture géographique et s'implanter dans six à huit nouveaux pays d'ici à 2016. Son intention est également d'accroître de 1% à 3% la valeur faciale de ses tickets.

Au-delà de ces leviers organiques, l'entreprise dit vouloir réaliser des acquisitions ciblées "rapidement relutives".

Dans un marché estimé à 121 milliards d'euros, Edenred a réalisé un volume d'émission de 13,9 milliards d'euros à fin 2010, dont 55% dans les pays émergents.

Pour accroître cette performance, Edenred ambitionne d'accélérer son passage au numérique en estimant que cette évolution lui permettra de générer des revenus additionnels tout en réduisant la structure des coûts de 5% à 10% environ.

Dans ce contexte, Edenred confirme son objectif de 50% du volume d'émission dématérialisé à fin 2012, contre 34% à fin 2010, et s'engage à atteindre un taux supérieur à 70% à l'horizon 2016.

Dès la fin 2011, le groupe attend un niveau de dématérialisation de 41%, majoritairement grâce à l'Amérique latine, région la plus avancée dans ce domaine où un niveau de 71% est attendu à la fin de l'année.

L'opération entraînera des surcoûts d'exploitation de l'ordre de 10 à 15 millions d'euros par an en 2011 et 2012, précise Edenred.

Pour autant, aucun investissement supplémentaire n'est prévu au-delà de l'enveloppe fixée par le groupe, comprise entre 30 et 40 millions d'euros par an.

Vers 10h35, l'action Edenred inscrivait un cours de 18,35 euros (-0,33%), faisant ressortir une capitalisation boursière de 4,145 milliards d'euros. Elle gagne 3,6% depuis le début de l'année.

Sous couvert d'anonymat, un opérateur dit apprécier les perspectives de Ticket Frete et la stratégie de passage au numérique.

"Edenred est l'une des plus belles histoires de croissance en France", dit-il.

Avec Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant