Eddie Platt, l'Anglais qui voulait nettoyer Marseille

le
0
Eddie Platt, l'Anglais qui voulait nettoyer Marseille
Eddie Platt, l'Anglais qui voulait nettoyer Marseille

Coup de gueule puis coup de génie, l'Anglais Eddie Platt est devenu, en un selfie sur Facebook, l'un des chouchous des réseaux sociaux, réussissant le tour de force de faire aimer (liker) le ramassage des ordures aux Marseillais.Casquette de baseball, barbe poivre et sel, un T-shirt où l'on peut lire +made in Leeds+, sa ville d'origine, Eddie promène depuis octobre sa longue silhouette (pas loin de 1,90 m) de journaux en plateaux télé pour parler de son initiative : avec une page Facebook publiée en septembre -"1 Déchet par Jour / 1 Piece of Rubbish"- il souhaite inciter à ramasser canettes et papiers gras pour nettoyer les rues.Son idée est simple : poster un selfie sur les réseaux sociaux lorsqu'on ramasse un déchet pour le mettre à la poubelle. "A Marseille c'est admis de jeter, c'est mal de ramasser", a coutume de dire Eddie.Si aujourd'hui le succès est là -plus de 5.000 fans sur les réseaux sociaux, des adeptes dans le monde entier de Buenos aires à New York et déjà plus de 10 tonnes de détritus récoltés-, sa démarche a d'abord été personnelle."Je suis retourné l'été dernier à Leeds et j'ai réalisé que ma ville était sale, que la saleté ce n'était pas qu'à Marseille. Dire que depuis quatre ans je disais +en Angleterre on est plus propre+".La différence entre Eddie et la majorité des gens, c'est qu'il refuse le fatalisme et agit. Il poste mi août un premier selfie sur Facebook depuis Roundhay Park, un grand parc de Leeds où il ramasse un déchet. La démarche fait des émules, l'histoire est en marche.Eddie est ensuite passé au ramassage de groupe : fin janvier, il a réussi le tour de force de faire lever quelque 350 Marseillais un dimanche matin pour débarrasser la colline de la Bonne Mère des détritus. Quelques semaines plus tard, il a récidivé sur le Vieux-Port.-'Ramasser ça devient sexy'-L'Anglais fonctionne au feeling et prend souvent des virages à 180°. Après avoir été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant