Ecoutes de Sarkozy : les juges ont demandé les «fadettes» du bâtonnier de Paris

le
10
Ecoutes de Sarkozy : les juges ont demandé les «fadettes» du bâtonnier de Paris
Ecoutes de Sarkozy : les juges ont demandé les «fadettes» du bâtonnier de Paris

Les relations, souvent tendues entre avocats et magistrats en France, ne risquent pas s'arranger. Selon Le Journal du Dimanche, les deux juges en charge de l'enquête sur l'affaire dite des écoutes de Nicolas Sarkozy, ont demandé les «fadettes» (ndlr : les factures détaillées du téléphone portable) du bâtonnier de Paris, le porte-parole des avocats parisiens, Pierre-Olivier Sur, ainsi que celles de plusieurs magistrats de la Cour de Cassation, dont Didier Guérin, rapporteur dans l'affaire Bettencourt.

Les deux juges, Claire Thépaut et Patricia Simon, qui soupçonnent Nicolas Sarkozy d'avoir tenté d'obtenir auprès d'un magistrat des informations dans un dossier judiciaire le concernant, cherchent à savoir qui a informé l'avocat de l'ancien Président, Me Thierry Herzog, de la mise sur écoute de son client.

Selon le JDD, les policiers de l'office anticorruption disposeraient du détail des communications de l'avocat entre le 1er janvier et le 14 avril. L'analyse de ces documents n'a toutefois pas permis de faire avancer l'enquête en cours. Idem pour celle des magistrats de la Cour de Cassation selon le journal.

Colère et stupéfaction du bâtonnier et des magistrats

Dans les colonnes du JDD, Me Pierre-Olivier Sur se dit «stupéfait». «Je l'ignorais, cela dépasse les bornes. C'est un viol de ma vie privée, de mon exercice professionnel (...). C'est très grave» s'insurge-t-il. Du côté des magistrats de la Cour de Cassation, la colère gronde aussi. «On a cherché à entrer dans le secret de nos délibérés» dénonce un magistrat auprès du journal.

L'instruction des deux juges a été suspendu quelques jours après l'officialisation du retour en politique de l'ancien président. C'est dans le cadre de cette enquête que Nicolas Sarkozy avait été mis en examen pour corruption en juillet.

CHRONOLOGIE INTERACTIVE. Sarkozy et l'affaire de «trafic d'influence»

Cliquer sur les flèches à gauche et à droite des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 18:41

    Ah masyson, je me suis fait censurer le message où je disais qu'ils devraient être mutés en Guyane pour être libres d'afficher un vrai mur des ....

  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 17:48

    Ces juges qui se prêtent VOLONTAIREMENT aux procès politiques par simple idéologie personnelle devraient être destitués.

  • M1961G le dimanche 28 sept 2014 à 17:47

    les juges sont de gauche à la solde de hollande . hollande fera tout pour mettre des bâtons dans les roues de Sarkozy . hollande aura décidément détruit toute les valeurs de la république .

  • paspad le dimanche 28 sept 2014 à 17:44

    La Stasi aurait elle fait des petits ??

  • M4888303 le dimanche 28 sept 2014 à 17:18

    La justice "politique" prendra fin avec le retour de la droite au pouvoir.Ces juges liberticides vont avoir peur du retour de baton;ils risquent d'avoir une promotion en étant nommés en haute corse avec des enquètes sur les dérives locales!!!

  • sidelcr le dimanche 28 sept 2014 à 17:10

    Justice à plusieurs vitesses , que vous soyez riches ou ...............

  • M3365316 le dimanche 28 sept 2014 à 17:00

    Allez y , ceux qui n ont rien a se reprocher dormiront tranquille s , les autres, vous en avez assez profité

  • bordo le dimanche 28 sept 2014 à 16:18

    Souvenons nous du mur des juges, qui mêlait les victimes de crimes et les ennemis politiques dans une même et inquiétante détestation, d'autant plus choquante qu'elle n'a donné lieu à aucun regret mais à de hautains et méprisants commentaires. Le match retour sera terrible et les juges le savent. Ils ont bien raison de s'inquiéter. Enfin, ils peuvent toujours trouver refuge à Cuba...

  • bordo le dimanche 28 sept 2014 à 16:14

    Non, on ne s'en fout pas. Pourquoi ? Parce que, si à tort ou à raison, les magistrats demandent les relevés de téléphone des avocats, ils le demanderont pour les simples justiciables et donc il n'existera plus de vie privée ni de secret professionnel des avocats. On peut ne pas être d'accord avec Sarkozy, mais il serait naïf de croire que les juges poursuivent des buts uniquement judiciaires. Ils poursuivent un but politique en essayant de l'abattre par desdétournements de procédure.

  • M6514737 le dimanche 28 sept 2014 à 16:12

    moi je ne savais pas que la Justice n'existait plus en France, depuis Mai 2012....