Écoutes de Sarkozy : Hollande l'a appris le 4 mars, selon l'Élysée

le
2
François Hollande.
François Hollande.

Selon l'Élysée, le chef de l'État ignorait tout de l'instruction judiciaire à l'encontre de Nicolas Sarkozy jusqu'au 4 mars. Ce jour-là, la police perquisitionne le bureau de l'avocat général Gilbert Azibert dans les locaux de la Cour de cassation. L'institution est suffisamment importante pour que l'information soit remontée au cabinet de François Hollande. C'est à ce moment-là, affirme l'Élysée, que le chef de l'État a pris connaissance des motifs de cette perquisition et du contexte plus général dans lequel elle intervenait. On l'aurait alors informé de la teneur de l'enquête : les écoutes de Nicolas Sarkozy et les soupçons de trafic d'influence qui pèsent sur l'ancien président dans le cadre du dossier Bettencourt traité au niveau de la Cour de cassation. Si l'on s'en tient à cette version, cela signifie que ni la garde des Sceaux Christiane Taubira - officiellement informée le 26 février - ni le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, lui aussi au courant, n'avaient jugé bon d'en parler, avant le 4 mars, au président Hollande. On peut se gratter la tête sur la manière dont l'information sensible circule au plus haut niveau de l'État... ou alors ne pas croire un mot de tout ça. Mais, sur le fond, ça n'a aucune importance. Si les juges ont décidé la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy, que François Hollande soit au courant ou non, que peut-il faire ? Sinon attendre, voire espérer, que son adversaire soit empêtré dans un de ces scandales...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le jeudi 13 mar 2014 à 15:41

    Il lui a fallu un certain temps pour fabriquer ce nouveau mensonge : pas très rapides les cons...eillers

  • pleprise le jeudi 13 mar 2014 à 13:50

    Croire une bande de menteurs et son chef ? Non merci !