Ecoutes de Sarkozy : «A la justice de faire son travail», répond Copé

le
161
Ecoutes de Sarkozy : «A la justice de faire son travail», répond Copé
Ecoutes de Sarkozy : «A la justice de faire son travail», répond Copé

Le contenu des écoutes de Nicolas Sarkozy, dévoilé mardi par Mediapart, ne laisse évidemment pas insensible la sphère politique. Dans ces conversations passées depuis des portables achetés sous de fausses identités, Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog font état d'une possible d'intervention du magistrat à la cour de cassation, Gilbert Azibert, en leur faveur, de ces «bâtards» de juges d'instruction à Bordeaux ou d'une possible «taupe» au coeur de l'appareil d'Etat.

Ce mercredi matin, les responsables politiques de tous bords ont commenté ces révélations, le Parti socialiste évoquant un possible «scandale d'Etat». L'UMP a elle appelé au respect de la présomption d'innocence. 

«Hallucinant». Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste, a souhaité mercredi «que l'UMP fasse silence et que la justice travaille» après la publication des écoutes de Nicolas Sarkozy. «La lecture des documents publiés hier soir par Mediapart est ahurissante, hallucinante et surtout attristante. On comprend mieux l'acharnement des amis de Nicolas Sarkozy et de l'UMP à créer des diversions. Il fallait absolument masquer la gravité des faits tels qu'ils apparaissent dans les documents de Mediapart», poursuit le premier secrétaire du PS.

«Car de quoi s'agit-il si ces documents sont authentiques ? D'un ancien président de la République et de son avocat qui apparaissent tout simplement décidés à faire obstruction à la justice. Il est question de simulacres de conversation pour tromper les policiers qui écoutent, d'insultes proférées à l'encontre de magistrats, de "taupes" dont on dispose dans l'administration pour être informés secrètement de l'avancement des procédures», développe le député européen.

«Extrême gravité». La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a souligné mercredi «l'extrême gravité des accusations et des soupçons» qui pèsent sur Nicolas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le vendredi 21 mar 2014 à 17:51

    N'oublions pas que le problème de ces écoutes est 1) sont-elles proportionnées ... à la haine des juges de l'USM ? 2) comment se fait-il que le contenu soit diffusé dans la presse ? Si on avait été sous Sarkozy, on aurait compris qu'un juge veuille se couvrir. mais là, le gvt les couvre plutôt ...

  • M6486201 le vendredi 21 mar 2014 à 09:22

    Derniers sondages depuis cette affaire: UMP + 3% et ps - 2% le boomerang fonctionne

  • mark92 le jeudi 20 mar 2014 à 13:41

    Pour mémoire: L'affaire du Crédit lyonnais est une affaire politico-financière française des années 1990. Le montant des pertes, qui s'élèvent à plus de 130 milliards de francs, en fait l'un des plus grands scandales financiers de l'Histoire... C'était qui au pouvoir ??

  • M4984827 le jeudi 20 mar 2014 à 13:25

    harlem desir , je le verrais bien premier de la classe a la stasi

  • pbenard6 le jeudi 20 mar 2014 à 13:16

    herr zog, l'avocat qui affirme tout et son contraire; dans tous les cas, la monnaie circule

  • olive2a le jeudi 20 mar 2014 à 13:09

    Copé khalife à la place du khalife...il peut enfin l'avoir son boulot de dans 3 ans...

  • devcor le jeudi 20 mar 2014 à 11:51

    Le cabinet noir, petit socialiste dénué d'intelligence (psdi), il est installé à l'Elysée et c'est de notoriété publique. En plus, il est payé par nos impôts. Sa mission : sauver le soldat Hollande en détruisant, par tous les moyens, ses adversaires.

  • phildesf le jeudi 20 mar 2014 à 11:37

    @psdi : la découverte du matin ! l'Huma est hostile à Sarko

  • M3435004 le jeudi 20 mar 2014 à 10:48

    LA (première) RACLÉE C'EST DIMANCHE !

  • M3435004 le jeudi 20 mar 2014 à 10:47

    Le scandale d'Etat, c'est que la ministre instrumentalise sa justice pour compte de son parti politique, mente et se serve de Mediapart comme organe officiel de sa communication.