Écoutes de Nicolas Sarkozy : Gilbert Azibert et Thierry Herzog en garde à vue

le
1
Gilbert Azibert pose dans son bureau de secrétaire général du ministère de la Justice, le 24 juillet 2008.
Gilbert Azibert pose dans son bureau de secrétaire général du ministère de la Justice, le 24 juillet 2008.

Me Thierry Herzog et deux avocats généraux à la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, sont entendus lundi sous le régime de la garde à vue dans le dossier de trafic d'influence où est cité Nicolas Sarkozy. Dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 26 février par le parquet national financier, les enquêteurs de l'office anticorruption de la police judiciaire cherchent à établir si l'ancien chef de l'État, avec l'appui de son avocat Thierry Herzog, a cherché à obtenir des informations auprès du haut magistrat Gilbert Azibert sur une décision judiciaire le concernant en échange de la promesse d'un poste de prestige.

L'enquête avait été lancée sur la base de conversations téléphoniques entre Nicolas Sarkozy, placé sur écoute sur décision de juges financiers qui enquêtent sur des accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007, et son avocat Thierry Herzog. Ces échanges entre les deux hommes ont conduit la justice à soupçonner, par ailleurs, qu'ils tentaient d'obtenir auprès d'un haut magistrat des informations confidentielles sur l'ancien chef de l'État dans une procédure le concernant en échange d'une promesse d'intervention pour un poste de prestige.

Perquisitions

Les enquêteurs soupçonnent également Nicolas Sarkozy d'avoir été informé qu'il était sur écoute dans l'enquête sur le financement libyen. L'ex-président étant avocat, le conseil de l'ordre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • solo92 le lundi 30 juin 2014 à 11:31

    Quelle CATA ce mec... Il est Urgent que les francais ouvrent les yeux sur les malversations de cet ex pseudo president qui n'a fait qu'usurpé le pouvoir et dévoyée la fonction ...