Écoutes : Cameron refuse tout mea culpa

le
0
Le premier ministre britannique a répondu mercredi midi aux questions des députés sur ses liens avec l'empire médiatique de Rupert Murdoch. Niant toute confusion des genres, il a mis en avant sa transparence et sa bonne foi.

Après James et Rupert Murdoch mardi, c'était à David Cameron de s'expliquer ce mercredi devant la Chambre des communes. Le premier ministre britannique avait spécialement écourté une visite en Afrique pour cette séance extraordinaire, convoquée malgré la fin théorique de la session parlementaire la veille.

Le débat a commencé à 12h30 avec une intervention du chef du gouvernement, faite sur un ton déterminé. Une série de questions-réponses avec les députés s'en est suivie, dans un climat houleux qui a obligé le président de la Chambre à régulièrement rappeler l'assemblée à l'ordre. Tandis que les députés travaillistes se relayaient pour questionner le premier ministre sur l'affaire des écoutes, le camp conservateur a tenté, sans succés, de les contrer en appelant à s'occuper des «vrais problèmes» des Britanniques, comme le chômage.

Un rapport d'enquête dans les 12 mois

David Cameron a commencé son intervention en précisant les contours de la comm...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant