Ecotaxe : les salariés d'Ecomouv' à Metz redoutent le chômage

le
5
Ecotaxe : les salariés d'Ecomouv' à Metz redoutent le chômage
Ecotaxe : les salariés d'Ecomouv' à Metz redoutent le chômage

Recrutements suspendus, renouvellements de contrats de travail annulés et chômage partiel envisagé : les salariés d'Ecomouv', la société chargée de la collecte et de la gestion de la taxe poids lourds, attendent d'être fixés sur leur sort mais leurs espoirs sont on ne peut plus minces. La suspension de la mise en place de l'écotaxe par le gouvernement se répercute aujourd'hui directement sur au moins 76 emplois de la société Ecomouv' basée à Metz (Moselle).

Dix-sept salariés en CDD employés comme contrôleurs sur le site de l'entreprise ne seront pas renouvelés comme il était prévu. Cinquante-neuf autres personnes qui n'avaient pas encore terminé leur formation ne seront quant à eux finalement pas embauchés. Un représentant de Pôle emploi leur a assuré que l'organisme «aiderait tout le monde à retrouver un emploi.»

Le directeur des ressources humaines de l'entreprise a fait part de ces décisions aux salariés jeudi. Le conseil général de Lorraine, qui avait injecté 300 000 euros dans ces formations, a convoqué cette semaine une réunion de crise.

«On nous a expliqué qu'on était sincèrement désolé pour nous mais que considérant les incertitudes sur l'avenir de l'écotaxe, on n'avait aucune nécessité de nous garder», raconte une stagiaire en formation pour devenir contrôleur chez Ecomouv' à France Bleu Lorraine, qui affirme que cette formation sera suspendue le 22 novembre à la fin de la première partie. «On devait signer notre CDI le 16 décembre prochain, à l'issue de cette formation financée par la Région Lorraine», ajoute-t-elle.

210 CDI dans l'attente

Par ailleurs, les 210 salariés d'Ecomouv' en CDI craignent une éventuelle annulation pure et simple de l'application de l'écotaxe, qui mettrait leurs emplois en danger. France Bleu Lorraine affirme que la direction de la société a «clairement évoqué» le risque de «chômage partiel» pour ces 210 embauchés de l'ex-base aérienne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr2611 le samedi 9 nov 2013 à 18:10

    je vois pas de libération tant que les français se conduiront comme des moutons, que l'état commence à réduire ses dépenses avant de continuer à nous taxer

  • illuss le samedi 9 nov 2013 à 08:39

    Et eux, combien d'entreprises vont-ils faire fermer et combien de chômeurs pour payer les co nneries des financiers qui "conseillent" l"état depuis GISCARD ...

  • zwang12 le vendredi 8 nov 2013 à 22:22

    Les licenciés de l'Ecomouv' vont grossir les rangs des bonnets rouges... à suivre.

  • gb00b04 le vendredi 8 nov 2013 à 22:19

    Qui va pleurer pour eux, des fonctionnaires du privé? Personne et surtout pas moi...

  • sharks14 le vendredi 8 nov 2013 à 22:11

    Cela me rappelle les ouvriers d'une société de production d'éthylotests ...Courage la libération de la France est programmée pour le 7 mai 2017