Ecotaxe : les Bonnets rouges se remobilisent en occupant les ponts bretons

le
22
Ecotaxe : les Bonnets rouges se remobilisent en occupant les ponts bretons
Ecotaxe : les Bonnets rouges se remobilisent en occupant les ponts bretons

Deux mois après ses manifestations géantes de novembre, le mouvement des Bonnets rouges tente de remobiliser ses troupes contre l'écotaxe, une taxe poids lourds que le gouvernement a reportée sine die mais pas supprimée. Ce dimanche, de 13 heures à 17 heures, le collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne" appelle ainsi ses sympathisants à se rendre sur les ponts des quatre-voies des quatre départements bretons et de la Loire-Atlantique.  Ces rassemblements doivent rester symboliques, les organisateurs n'ayant pas prévu de perturber la circulation.

L'opération, baptisée "Chacun son pont", vise à exiger le maintien de la gratuité des routes en Bretagne, mise en péril selon le collectif par l'écotaxe. Selon une source proche des autorités, les manifestants devraient occuper les ponts des principaux axes routiers bretons à raison de 5 à 10 personnes par site. Ils devraient aussi porter leurs bonnets rouges et déployer, comme à chacune de leurs manifestations, des Gwenn ha du (drapeau breton noir et blanc), ainsi que des banderoles anti-écotaxe.

Un test avant les états-généraux du 8 mars

Il s'agit d'une première action organisée à l'initiative des nouveaux comités locaux, qui organisent chacun la manifestation dans leur périmètre géographique. Christian Troadec, l'un des porte-parole du mouvement, avait annoncé la création de ces comités fin novembre à l'issue de la dernière manifestation à Carhaix, ville dont il est le maire. Il attendait dans un premier temps une centaine de comités avec l'objectif d'en avoir à terme 200.

«Il y a aujourd'hui une quarantaine de comités locaux dans les cinq départements de la Bretagne historique», incluant la Loire-Atlantique, explique Christian Troadec. Les responsables de ces comités se retrouveront le 11 janvier à Pontivy (Morbihan), après une réunion le 7 janvier de la vingtaine de membres du collectif "Vivre, décider et travailler en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9095115 le dimanche 5 jan 2014 à 21:40

    Pour une raison ou une autre l'industrie agro alimentaire bretonne ainsi que le transport est en difficulté et quelques unes en dépot de bilan et le super gouvernement leur met une taxe sur le dos pour les aider à couler plus vite.Toute la France devrait mettre un bonnet rouge car tout le pays croule sous les taxes pour engraisser tout un lot d'incompétents

  • DADA40 le dimanche 5 jan 2014 à 18:54

    Il faut rappeler que le but de la taxe improprement nommée ecotaxe est d'enchérir le coût du transport routier pour améliorer la compétitivité des autres modes de transport.

  • dratiser le dimanche 5 jan 2014 à 12:23

    suaf pour filer des aides ou des subventions l'eoonomie liberale c'est ça mon gars !!!!et les transporteurs , (d'ailleurs un peu plus silencieux)aussi , pour l'instant ce sont les routiers polonais ....puis les roumains ....puis ....voilà ce qu'ils reclamaient haut et forts en se tirant des rafales dans le pied

  • dratiser le dimanche 5 jan 2014 à 12:20

    ces gens là veulent une eco liberale , ILS L'ONT là....ils ne veulent pas q'on mettent le nez dans leurs affaires s

  • gb00b04 le dimanche 5 jan 2014 à 11:55

    jeanet66, arretes de recopier tes posts truffés d'âneries. Pour info les autoroutes n'ont pas toujours été payantes -> C'est l'état qui a décidé en 1986 de les décer sous forme de concession à Vinci, Eiffage, .. En Belgique, Allemagne,... les autoroutes sont gratuites!

  • danquign le dimanche 5 jan 2014 à 11:50

    Bonnets rouges = FNSEA maquée !

  • danquign le dimanche 5 jan 2014 à 11:39

    @jyth01 Arrêtez de frimer, le pluriel de Land, c'est Länder ! mdr !

  • danquign le dimanche 5 jan 2014 à 11:36

    Ce mouvement est de plus en plus grotesque !Le pire est que les pollueurs porcins vont pouvoir augmenter la taille de leurs porcheries plus facilement.BOYCOTT DES PRODUITS BRETONS !

  • gb00b04 le dimanche 5 jan 2014 à 11:30

    le masque tombe dratiser... voila un syndicaliste qui se mord les doigts d'être en marge du mouvement. Mon pauvre ami heureusement que les entreprises ne vivent pas qu'aux crochets des aides européennes. Une entreprise ne peut pas se développer comme les syndicats uniquement sur des subventions/perfusions publiques ad-vitam. Vue l'imposition et les risques finanicers, il faut être fou pour être entrepreneur en France!

  • dratiser le dimanche 5 jan 2014 à 11:21

    le patronat breton n'a pas su anticiper la fin des aides europeennes les salaries en paient le prix , les premiers voudraient embarquer les seconds dans leur combat qu'ils ne menent que pour eux ,il se foutent bien des salaries sur le carreau ils neveulent que conserver leurs marges , au frais du contribuable et ou des salaries