Écotaxe : l'État paiera la note des portiques détruits

le
0
Les manifestants anti-écotaxe ont dégradé 19 portiques et 8 bornes mobiles. Le coût des réparations pourrait atteindre plusieurs millions d'euros.

L'annonce du premier ministre Jean-marc Ayrault n'a pas eu l'effet escompté. Malgré la suspension du dispositif de l'écotaxe mardi dernier, le gouvernement en est pour le moment réduit à regarder les portiques tomber. Ce week-end, les opposants au système de taxation de la circulation des poids lourds ont mis le feu à deux nouveaux portiques situés à Saint Allouestre ( Morbihan) et à Lanrodec (Côtes d'Armor). Deux destructions qui portent à cinq le nombre d'infrastructures rendues inutilisables sur le territoire breton. Début août, le portique de Guiclan (Finistère) avait subi le même sort, puis celui de Melgven au mois d'octobre. La barrière de Pont-de-Buis a quant a elle été démontée par précaution. Des morceaux de la structure, la dernière du Finistère encore debout, ayant été proposés à la vente sur le site L...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant