Ecotaxe : «il n'y a pas d'enterrement», promet le ministre des Transports

le
2
Ecotaxe : «il n'y a pas d'enterrement», promet le ministre des Transports
Ecotaxe : «il n'y a pas d'enterrement», promet le ministre des Transports

Promis, l'écotaxe verra le jour. Mais quand? Ca, c'est une autre histoire. Invité de RTL, Frédéric Cuvillier, le ministre délégué des Transports l'a assuré : «il n'y a pas d'enterrement» du texte qui devait entrer en vigueur le 1er janvier, mais qui a été reporté sini die à la suite de la colère bretonne des «bonnets rouges». Dimanche, le ministre EELV Pascal Canfin avait déjà assuré que l'écotaxe serait appliquée. «Elle est suspendue, le Premier ministre a eu raison.» Il y a «des détresses sur le territoire, il faut y répondre», a estimé Frédéric Cuvillier.

Interrogé à plusieurs reprises pour savoir quand l'écotaxe serait appliquée, Frédéric Cuvillier a botté en touche à chaque fois, envoyant au passage des piques à la droite. «Nous prendrons le temps du dialogue. C'est une méthode de gouvernement qui tranche avec ce qu'on a connu il y a quelques années.» Et le ministre d'ajouter : «Je n'ai pas à vous donner de date. Je n'ai pas à préempter un débat ouvert avec les territoires. »

Il a tenu à rappeler la volonté de l'exécutif de mettre en place une «modalité de financement des infrastructures intelligente, acceptable et soutenable», avant de se prononcer.

«Pas une taxe supplémentaire, mais un impôt en moins»

Frédéric Cuvillier a d'ailleurs eu une formule étonnante pour défendre le texte : «L'écotaxe n'est pas une taxe supplémentaire, mais un impôt en moins.» La justification l'est tout autant : il a cité «les milliers d'emplois» dans le BTP qui dépendent de cette taxe destinée à financer la modernisation des infrastructures de transport, «les régions et les départements qui plaident pour pouvoir taxer les camions qui traversent la France sans laisser un seul centime pour la modernisation du réseau».

Peut-être, mais pendant ce temps, la grogne se poursuit, les violences aussi. En 10 jours, 44 radars automatiques ont été vandalisés en Bretagne. «Tous les auteurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le lundi 11 nov 2013 à 09:21

    Impayables ces social.os ! Ils foutent la mer.de et c'est encore la faute à Sarko ! Faudrait qu'ils se réveillent, ça fait 19 mois qu'ils sont au pouvoir !

  • ltondu le lundi 11 nov 2013 à 09:07

    Dans les numéros de cirque, après les clowns... l'illusionniste !