Écosse: #voteyes, #voteno, la bataille de l'indépendance sur les réseaux sociaux

le
0
Écosse: #voteyes, #voteno, la bataille de l'indépendance sur les réseaux sociaux
Écosse: #voteyes, #voteno, la bataille de l'indépendance sur les réseaux sociaux

#voteyes, #voteno: au moment où des millions d'Ecossais votaient pour le référendum sur l'indépendance, la bataille faisait rage sur les réseaux sociaux, avec, en première ligne chez les partisans du oui, la star du tennis Andy Murray."C'est un grand jour pour l'Ecosse", a tweeté le joueur, né à Glasgow, sur son compte officiel @andy_murray, fort de quelque 2,71 millions d'abonnés."La campagne négative menée par le camp du non ces derniers jours a changé ma façon de voir les choses. J'ai hâte de voir le résultat", poursuit le champion.Sans soutenir explicitement le oui, Andy Murray conclut son tweet en reprenant à son compte un des slogans de ralliement des partisans de l'indépendance, ne laissant finalement guère place au doute quant à ses préférences: "Faisons-le".Le tweet d'Andy Murray a d'ailleurs été retweeté par Alex Salmond, chef de file des indépendantistes, qui avait employé la même expression dans une lettre solennelle adressée mercredi aux électeurs.Andy Murray, qui ne réside pas en Ecosse et ne peut donc participer au scrutin, avait récemment laissé entendre qu'il jouerait sous les couleurs écossaises si la région accédait à l'indépendance.Son frère Jamie Murray, lui aussi joueur de tennis professionnel, a également affiché sur Twitter son soutien à l'indépendance, mais en des termes plus directes."J'aime le Royaume-Uni, j'aime la famille royale, mais il est temps pour l'Ecosse de se mettre debout et de prendre son destin en main", écrit-il.Si le oui a trouvé en Andy Murray un soutien de choix, le non compte dans ses rangs J.K Rowling, née en Angleterre mais qui vit à Edimbourg depuis 21 ans et a épousé un Ecossais. - Enthousiasme ou inquiétude -L'auteure de Harry Potter, dont le compte Twitter devance d'environ un million d'abonnés celui du joueur de tennis, n'a pas manqué d'envoyer un tweet de soutien aux partisans du statu quo."Ma tête dit non, et mon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant