Ecosse : risques et opportunités du référendum sur le Oui à l'indépendance

le
0
Jean-Philippe Roos, conseiller du président de Gaspal Gestion.
Jean-Philippe Roos, conseiller du président de Gaspal Gestion.

Peuplée de 5,2 millions d'habitants, avec un produit intérieur brut (PIB) d'environ 184 milliards d'euros, l'Ecosse constituerait un Etat développé économiquement viable, mais sa création poserait de très nombreux problèmes. Une période de transition de deux ans semblerait nécessaire. L'Ecosse indépendante souhaite conserver la Reine d'Angleterre comme chef d'Etat, ce qui semble parfaitement réalisable, comme le montrent les exemples de l'Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande. 

(lerevenu.com) - L'Ecosse bénéficierait d'une manne pétrolière représentant plus de 10 % de son PIB. Les indépendantistes la comparent à la Norvège, mais les réserves d'hydrocarbures de la Mer du Nord sont déjà bien entamées. A prix du pétrole constant, il sera difficile de maintenir la production de pétrole en volume à son niveau actuel. 

Son budget serait lourdement déficitaire malgré les recettes provenant du pétrole. En effet, non seulement l'Ecosse est un pays vieillissant, mais son système de protection sociale est plus avancé, donc plus coûteux que celui de l'Angleterre. La productivité y est inférieure à celle de l'Angleterre ; le taux de chômage (6,5 % de la population active) n'a cependant rien d'excessif.

La nouvelle Ecosse pourrait-elle rejoindre l'Union Européenne ? La réponse n'est pas évidente puisque son exemple pourrait entraîner la quête d'indépendance de la Catalogne, du Pays Basque, voire de la Belgique,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant