Ecosse: à Edimbourg, les Orangistes défendent le Royaume-Uni

le
0
Ecosse: à Edimbourg, les Orangistes défendent le Royaume-Uni
Ecosse: à Edimbourg, les Orangistes défendent le Royaume-Uni

La campagne pour le référendum d'indépendance écossais se poursuit en fanfare ce samedi dans les rues d'Edimbourg où défilent quelque 15 000 Orangistes. Ces protestants radicalement opposés à l'éclatement du Royaume-Uni se sont toujours opposés à l'émancipation des catholiques britanniques.

Baptisée «Fiers d'être britannique», cette mobilisation orangiste a débuté vers 10 heures par un rassemblement au Meadows, un vaste parc posé au pied du château d'Edimbourg. La plupart de ces milliers d'Orangistes étaient en tenue d'apparat, drapeau de l'Union Jack au vent. Ils étaient accompagnés de dizaines de petites fanfares militantes arrivées de toute l'Ecosse et de l'Irlande du Nord voisine.

«Nous faisons partie de l'union. Nous sommes venus aujourd'hui pour montrer notre force. Nous allons être des milliers contre la séparation de l'Union» entre l'Angleterre et l'Ecosse à l'origine du Royaume-Uni, a déclaré Craig Martin, l'un de ces manifestants tout juste arrivé de Glasgow. «Nous sommes fiers de faire partie du Royaume-Uni. Nous sommes ici pour galvaniser le vote en faveur du non», a martelé l'un des chefs de file sous les applaudissements de ses troupes qui chantaient le God Save The Queen et s'époumonaient dans leurs cornemuses.

Selon un sondage de Populus pour le Daily Mail, réalisé vendredi auprès de 1 043 adultes habitant en Angleterre, une large majorité est opposée (70%) à l'indépendance. 56% d'entre eux estiment que le reste du Royaume-Uni aurait dû avoir son mot à dire.

Du côté de la campagne officielle pour le non «Better Together», on s'est bien gardé de s'associer à la manifestation orangiste en affichant simplement pour programme le déplacement de l'ancien Premier ministre travailliste Gordon Brown dans l'est du pays. Mais nombre d'Ecossais favorables au maintien dans le Royaume-Uni voient d'un ½il inquiet les tentatives extérieures à la province qui chercheraient à dicter aux quelques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant