Economie : vive le cornichon français !

le , mis à jour à 08:18
2
Economie : vive le cornichon français !
Economie : vive le cornichon français !

« Que la terre est basse ! » C'est sûrement ce que doivent se dire les saisonniers dont le dos se courbe bien bas sur la terre sablonneuse pour ramasser les cornichons. « Il faut soulever les grandes feuilles allongées sur le sol pour récupérer le fruit », explique Olivier Corbin, agriculteur locataire d'une parcelle agricole de 115 ha, dont 3,5 réservés aux cucurbitacées, à Dollon, à 35 km du Mans (Sarthe). Preuve de la rudesse de la tâche, le port d'une ceinture dorsale est fortement conseillé pour les cueilleurs, dont certains abandonnent dès le premier jour. Une culture éprouvante et coûteuse puisque le ramassage n'est pas mécanisable. Et pourtant, il y a encore vingt ans, le cornichon était une spécialité locale. « Beaucoup de particuliers le produisaient à l'époque dans leur jardin pour l'entreprise Christ », se rappelle-t-on à la mairie de la petite commune sarthoise.

Mais les intérêts économiques et la mondialisation sont passés par là. « Il est difficile de produire en France. Il faut un temps sec et une température comprise entre 15 et 32 °C », précise l'agriculteur, un échantillon de sa récolte dans le creux de la main. Du coup, les grands industriels du secteur ont délocalisé en Asie la production. « Sans la sécurité que m'apporte le groupe Reitzel, jamais je n'aurais relancé cette production », assure Olivier Corbin.

L'industriel suisse, spécialisé dans les condiments, garantit la couverture financière de l'ensemble des investissements de l'agriculteur, quel que soit le volume de la récolte. « Je voulais relancer la filière du cornichon en France, affirme Emmanuel Bois, directeur général France du groupe. Je rogne ma marge habituelle d'un tiers auprès des distributeurs, et en échange, ils m'assurent que le prix soit abordable. » Il faudra malgré tout débourser 50 % de plus pour les cornichons français de la marque Jardin d'Orante, par rapport à ses concurrents, soit un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JUFRABRE il y a 12 mois

    Moi qui croyait que la France était le plus gros producteur mondial de cornichons ! Toute ma fierté s'en va !!! :-))

  • npi6711 il y a 12 mois

    il me semble qu'il n'en reste plus qu'un ,fournisseur de l'élisée...le reste vient d'Asie... Pauvre Europe le résultat de la mondialisation...pauvre politique qui ne sait pas prévoir l'impact de leur décisions...