Economie verte : des bâches recyclées en fibre textile

le
0
Economie verte : des bâches recyclées en fibre textile
Economie verte : des bâches recyclées en fibre textile

A Milan elles étaient sur les pavillons de l'Allemagne et du Mexique et à Londres, sur le grand stade des JO. Ces toitures ne viennent pas de Chine, mais d'une des sept lignes de production exploitées par l'entreprise Serge Ferrari, en Isère, en Suisse et en Italie. 

De la toiture au substrat de sol

En 2014, la toiture du grand stade des JO 2012 a été dissoute dans l'usine de recyclage Serge Ferrari Solvay, à Ferrare. La fibre textile ainsi récupérée sert de substrat de sol au tout nouveau toit végétalisé de l'hôpital de Firminy, à Saint-Etienne.

Boucle vertueuse ? C'est une des trois « singularités » revendiquées par le directeur général Romain Ferrari : offrir de la valeur ajoutée environnementale. Une «différenciation», pour reprendre les termes des stratèges d'entreprises, qui prouve son utilité dès aujourd'hui.

Singularité technologique

Serge Ferrari, c'est d'abord l'histoire d'un entrepreneur – le père (en photo ci-dessous, dans son atelier) - qui dans les années 70, invente un procédé pour fabriquer des bâches en composites précontraint. Au départ, il fournit les fabricants de camions et très vite, adapte son produit à d'autres usages.

Ce sont ensuite ses deux fils Sébastien (l'aîné, PDG) et Romain, qui reprennent l'entreprise et poursuivent l'inventivité : façades bioclimatiques, isolations acoustiques.

« C'est très simple, nous avons creusé une singularité technologique et une innovation conceptuelle. Cela fait longtemps que les brevets sur les composites sont tombés dans le domaine public, mais nous sommes assez fous pour fabriquer nos machines et les faire évoluer nous-même », explique Romain Ferrari.

Recycler des bâches publicitaires

Assez fous, aussi, pour investir dans une usine de recyclage sans y être obligé par la loi. Imaginé en 1997, le projet s'est concrétisé en 2008, en co-entreprise avec le chimiste Solvay.

L'usine recycle 2 millions de m² de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant