Economie mondiale : les prévisions pessimistes de Moody's

le
4
Le port d'Antalya en Turquie, où se tiendra le prochain sommet du G20 les 15 et 16 novembre 2015 (©wikipedia.org)
Le port d'Antalya en Turquie, où se tiendra le prochain sommet du G20 les 15 et 16 novembre 2015 (©wikipedia.org)

Selon les économistes de Moody’s, la croissance mondiale devrait manquer d’éclat en 2016 et 2017, en raison d’une poursuite du ralentissement chinois, d’une détérioration du commerce international et des conditions de financement moins favorables, qui pèsent sur la plupart des économies émergentes.

L’agence estime que l’économie mondiale ne supporterait pas une baisse significative de l’endettement public, ni une hausse des taux directeurs par les principales Banques centrales. Les gouvernants manquent donc des stimulants, fiscaux et monétaires, habituellement utilisés en haut de cycle pour soutenir l’activité, ce qui rend la croissance et l’environnement financier particulièrement vulnérables à un éventuel choc externe.

Moody’s prévoit une croissance mondiale pour les pays du G20 à 2,8% en moyenne entre 2015 et 2017, soit 0,3% de plus qu’entre 2012 et 2014, contre un niveau moyen de 3,8% pendant les cinq années qui ont précédé la crise financière de 2008. La contribution des économies émergentes à la croissance globale attendue entre 2015 et 2017 devrait tomber à son plus bas niveau depuis le début des années 2000, estiment les économistes de Moody’s.

Le principal risque d’une révision en baisse des prévisions de croissance viendra selon Moody’s des effets négatifs liés au ralentissement chinois et de

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9101475 le vendredi 13 nov 2015 à 15:07

    Très bonne nouvelle. On pourra peut-être survivre un peu plus longtemps

  • M4314275 le vendredi 13 nov 2015 à 14:44

    La population mondiale augmente de façon exponentielle et pendant ce temps là la croissance diminue. va comprendre quelque chose Charles.

  • remimar3 le vendredi 13 nov 2015 à 14:34

    La déflation par la dette est un phénomène connu et qui s'est déjà produit plusieurs fois par le passé. Il est étonnant que nos brillants économistes n'aient pas utilisé ces exemples pour adapter leur politique. Les QE successifs n'ont fait que retarder l'échéance, un jour ou l'autre les débiteurs doivent rembourser tous leurs crédits, banque centrale y compris.

  • guerber3 le vendredi 13 nov 2015 à 14:16

    Heureusement, notre Sapin de Noël nous dit que la France est sortie de la crise...!!!