Économie mondiale : la croissance est-elle durablement ralentie ?

le
0
Certains économistes pensent que les pays avancés sont entrés dans une longue période de faible croissance : une «stagnation séculaire». (© Fotolia)
Certains économistes pensent que les pays avancés sont entrés dans une longue période de faible croissance : une «stagnation séculaire». (© Fotolia)

Il n’y a que les partisans de la décroissance, très présents dans les rangs des écologistes radicaux, pour s’en réjouir : l’économie a perdu son dynamisme d’antan. Depuis les années quatre-vingt, les pays avancés connaissent un ralentissement de la croissance de leur PIB, mais aussi de leur PIB par tête et de leur productivité.

Bref, une baisse de régime. Cette apathie va-t-elle durer ? Est-on à l’aube d’une réelle stagnation comme la vit le Japon depuis les années quatre-vingt-dix ? Ces questions sont sans doute celles qui agitent le plus le monde académique ces temps-ci. Particulièrement vif outre-Atlantique, le débat y est incarné par Robert Gordon et Lawrence Summers.

Des économistes qui, s’ils s’opposent sur les causes du phénomène, pensent tous deux que les pays avancés sont entrés dans une longue période de faible croissance : une «stagnation séculaire». L’expression avait été employée en 1939 par un autre Américain, Alvin Hansen, qui prédisait à l’époque une ère de croissance déprimée. Un pronostic ridiculisé par les Trente Glorieuses ! Mais les Cassandres n’ont pas toujours tort…

Le cas des pays émergents

Depuis une trentaine d’années, malgré le freinage à l’œuvre aux États-Unis et en Europe (sans même parler du Japon), la croissance mondiale a pu afficher une relative stabilité grâce au formidable essor des pays émergents. Sur la décennie 2007-2016

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant