Economie du ski : Les Alpes regardent du côté du Soleil levant

le
0
Economie du ski : Les Alpes regardent du côté du Soleil levant
Economie du ski : Les Alpes regardent du côté du Soleil levant

Née de la volonté des pouvoirs publics de donner un coup de main au secteur de la montagne, la Compagnie des Alpes est devenu le numéro 1 mondial des exploitants de stations de ski, avant de se diversifier dans les parcs de loisirs (Parc Astérix, Futuroscope...). Dominique Marcel son PDG veut passer à la vitesse supérieure à l'international.

La Compagnie des Alpes reste une société peu connue du grand public. Elle contrôle pourtant des marques à très forte notoriété dans le tourisme. Qui êtes vous  ?

Nous sommes le leader mondial de l'exploitation de domaines skiables et le n°4 européen des destinations de loisirs. La Compagnie des Alpes (CDA) a été créée en 1989 par la Caisse des dépôts afin de redresser le secteur des domaines de ski, qui était alors confronté à des difficultés. La CDA gère aujourd'hui quinze domaines en France, avec des stations comme Tignes, Val d'Isère, la Plagne et les Arcs. Depuis 2002, l'entreprise à fait le pari de la diversification en rachetant notamment le parc Astérix et le musée Grévin. L'an dernier nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 693 millions d'euros.

Pourriez-vous acquérir d'autres domaines skiables  ?

Nous ne nous interdisons rien et sommes attentifs aux opportunités. Cependant nous détenons déjà 30% du marché français. Seules les stations qui possèdent un important domaine skiable en haute altitude avec des capacités d'hébergement pour les vacanciers d'au moins 30 000 lits sont susceptibles de nous intéresser. Si l'on prend l'ensemble des activités liées au ski (exploitation des domaines skiables, hôtellerie, commerces, etc.), ce secteur représente entre 8 et 9 milliards d'euros - dont 1,2 milliards pour les seuls exploitants - et emploie 120 000 personnes.

Quels sont les principaux enjeux de votre métier dans la montagne  ?

Dans un monde des loisirs en pleine évolution, nous sommes passés d'exploitant de pistes et de remontées mécaniques à une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant