Économie américaine : la fin de l'état de grâce ?

le , mis à jour le
0

La confusion règne en ce début d’année sur l’état de santé de l’économie américaine. Depuis fin janvier, les investisseurs ont dû encaisser une série de piètres statistiques. Certaines confirment la mauvaise passe de l’industrie, fragilisée par la baisse de l’activité dans la filière pétrolière et par l’appréciation du dollar depuis l’été 2014. Le secteur des biens durables est particulièrement touché, avec des commandes qui ont chuté de 5,1% en décembre.

Davantage conforme aux attentes, l’ISM manufacturier, issu d’une enquê­te auprès des directeurs d’achat, est ressorti en janvier sous les 50, marquant la frontière entre expansion et contraction de l’activité, pour le quatrième mois consécutif.

Le dilemme de l’industrie

Mais la déception est venue de l’ampleur du ralentissement de la croissance dans les services. L’indice ISM y est tombé en janvier à un plus-bas depuis près de deux ans, à 53,50 (-2,3 points). De quoi alimenter les rumeurs prédisant une diffusion de la récession dans l’industrie au reste de l’économie américaine. L’industrie (y compris les services liés) représente seulement 18% du produit intérieur brut, contre 26% en zone euro. Mais les enseignements du passé n’incitent guère à l’optimisme, selon l’économiste Patrick Artus, qui rappelle que l’on a «très peu souvent» observé aux États-Unis une croissance globale sans croissance

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant