Ecomouv' : Philippe Courroye attaque Eva Joly et un élu EELV en diffamation

le
1
Ecomouv' : Philippe Courroye attaque Eva Joly et un élu EELV en diffamation
Ecomouv' : Philippe Courroye attaque Eva Joly et un élu EELV en diffamation

L'ex-procureur Philippe Courroye va attaquer en diffamation son ancienne collègue, l'ex-juge Eva Joly, et le député EELV François-Michel Lambert, qui lui ont reproché d'avoir voulu étouffer l'enquête sur Ecomouv' quand il était à Nanterre (Hauts-de-Seine), a annoncé jeudi son avocat.

«Ces propos sont scandaleux en ce qu'ils mettent en cause l'intégrité professionnelle de ce magistrat», dénonce Me Olivier Baratelli dans un communiqué. Selon l'avocat, «saisi d'une plainte fin 2011», Philippe Courroye avait «immédiatement ouvert une enquête préliminaire» confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la police judiciaire parisienne.

C'est son successeur à Nanterre, Robert Gelli, qui «a pris la décision, le 2 octobre 2013, de classer sans suite cette plainte, l'infraction apparaissant, à cette date, insuffisamment caractérisée», relève Me Baratelli. Confiée au parquet de Nanterre en 2011 du fait de la domiciliation du siège social d'Ecomouv', l'enquête s'était penchée sur les conditions d'octroi du marché.

Une plainte de la Sanef, concurrent malheureux

Selon Me Baratelli, il est «particulièrement mensonger d'affirmer que le procureur de la République de Nanterre, M. Philippe Courroye, n'aurait rien fait sur cette plainte de la Sanef», concurrent malheureux d'Ecomouv' pour l'attribution du contrat sur la collecte de l'écotaxe. Cette accusation a été portée «sans le moindre fondement, sans la moindre preuve, sans la moindre vérification et sans la moindre enquête», estime l'avocat.

Les plaintes seront déposées à Lille (Nord) pour éviter toute confusion des genres, Philippe Courroye étant désormais avocat général dans le ressort de la cour d'appel de Paris, a expliqué Me Baratelli. Il a prévenu que d'autres plaintes pourraient suivre.

Elu des Bouches-du-Rhône et vice-président de la commission du Développement durable de l'Assemblée nationale, M. Lambert avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • OSS119 le jeudi 7 nov 2013 à 21:40

    Les "responsables politiques" et les énarques directeurs de cabinet sont des incapables qui dilapident l'argent public. Si "écotaxe" sur le transport routier il "doit" y avoir, il aurait si simple de taxer le chiffre d'affaires des sociétés de transport, plutôt que monter cette usine à gaz qui va coûter plus qu'elle ne rapportera !!!!!