Écolo dingo

le
0
Des psychodrames en série sur fond de tambouilles électorales, un accord sur le nucléaire qui fragilise la gauche, une candidate émoussée alors que la campagne présidentielle n'a pas commencé... Les Verts rejouent l'air connu de la zozologie.

Le ciel ne leur est pas tombé sur la tête, mais pendant quelques minutes, ils ont été privés d'électricité. Il se passe toujours quelque chose chez les Verts. Etrange tribu. Samedi dernier, les délégués d'EELV se sont livrés à huis clos à un étrange manège, s'asseyant sur leurs dernières convictions profondes, oubliant leurs ultimatums lancés sous quinzaine et ratifiant sans honte l'accord conclu quelques jours plus tôt avec le Parti socialiste. Le député Yves Cochet pouvait claironner devant les journalistes en sortant: «C'est le meilleur accord que nous ayons jamais eu avec le PS.» Et tant pis pour la candidate... Eva Joly, qui avait conditionné tout accord avec les socialistes à l'engagement de suspendre les travaux de l'EPR de Flamanville, a préféré disparaître des écrans radars de la campagne pendant quelques jours plutôt que de souffrir une nouvelle humiliation. Où est-elle partie? «À Baden Baden», comme de Gaulle, inventent ses communicants. «P

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant